En direct

Une pelle en butte trie, charge et manipule dans une carrière de Vendée
PHOTO - 796193.BR.jpg - © Gilles Rambaud
Evénement

Une pelle en butte trie, charge et manipule dans une carrière de Vendée

Gilles Rambaud |  le 27/06/2014  |  IndustrieMatériel de chantierVendée

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Industrie
Matériel de chantier
Vendée
Valider

La carrière Traineau a remplacé son O & K RH40 par le même modèle, devenu entre-temps la Caterpillar 6015.

On ne change pas une machine qui gagne. C’est le calcul qu’a fait Christophe Traineau, gérant de l’entreprise Traineau, carrier en Vendée. Depuis des années, il exploite son gisement de granite, pour partie à l’aide d’une chargeuse, pour l’autre avec une pelle. « Nous descendons sur cinq gradins. Les trois plus profonds s’ouvrent sur une veine compacte, que nous abattons à l’explosif et reprenons à la chargeuse. Mais les deux gradins supérieurs sont veinés. La roche est parcourue de failles et se détache en blocs quelle que soit la manière dont on tire. » Ces morceaux pesant parfois 15 t sont difficilement prenables à la chargeuse ; ils doivent en tout cas être fragmentés avant de passer au concassage. L’outil parfait : une pelle en butte Orenstein & Koppel (O & K) RH40, de 105 t. « Elle trie dans les déblais, ce que ne peut pas faire une chargeuse, elle charge les tombereaux, elle manipule sans difficulté les blocs les plus gros et les fragmente elle-même », décrit Christophe Traineau. Cette machine à tout faire, bien adaptée à son environnement de travail, devait néanmoins être remplacée. Par quoi ? « Une pelle rétro, même de gros tonnage, n’est pas faite pour ce métier », estime Pierre Traineau, le père de Christophe, qui a l’expérience de plusieurs modèles trop vite épuisés à la tâche. La RH40, pourtant achetée d’occasion, n’a pas souffert. « Aucune fissure, ni sur le châssis ni sur la flèche. Pas un axe à changer au bout de 20 000 heures ! » C’est cette fiabilité qui a convaincu Christophe Traineau de racheter le même modèle. Mais, entre-temps, l’usine de Dortmund avait changé deux fois de propriétaire. O & K était devenu Terex, puis Caterpillar. La RH40 est toujours fabriquée, mais elle s’appelle aujourd’hui 6015. Les caractéristiques restent les mêmes : 105 t en ordre de marche, un godet de 7 m 3 , une cabine surélevée plaçant le conducteur à 4,30 m de haut, soit au-dessus des ridelles du tombereau. Seul changement, le moteur Cummins est remplacé par un Caterpillar C18 de 700 ch. « C’est la même, toujours aussi souple mais un peu plus rapide », constate Mickaël Elineau, conducteur passé de l’une à l’autre. « C’est une O & K, avec le service après-vente Bergerat Monnoyeur », apprécie Christophe Traineau. Neuve, livrée en décembre 2013, la 6015 devrait rester dans la carrière pendant 20 000 heures, soit plus de quinze ans. Rendez-vous en 2030 !

PHOTO - 796193.BR.jpg
PHOTO - 796193.BR.jpg - © Gilles Rambaud

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur