En direct

Une nacelle sur chenilles avec correcteur de dévers

Gilles Rambaud |  le 27/11/2015  |  ConjonctureInnovationMatériel de chantierFrance entièreEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Conjoncture
Innovation
Matériel de chantier
France entière
Europe
Technique
Valider

Travaux urbains. Cette petite machine d'élévation originale a obtenu le prix de l’Innovation 2015, décerné par le salon Batimat dans la catégorie « matériel de chantier ».

Le concours de l’Innovation organisé par le salon Batimat a primé, cette année, la société Axeo dans la catégorie « matériel de chantier » pour une machine effectivement originale. Fabriquée en Italie par la société Almac, cette Bibi 630-BL est une nacelle à ciseaux sur châssis chenillé, équipée d’un correcteur de dévers. Le haut de la machine s’articule longitudinalement par rapport au châssis jusqu’à un angle de 20°, ce qui permet au panier de rester bien horizontal, même sur un terrain en pente. Mieux : les chenilles sont également indépendantes l’une de l’autre, ce qui permet de corriger un déport latéral jusqu’à un angle de 4°, voire, en activant cette fonction, de lever une des deux chenilles de 35 cm pour travailler à cheval sur un trottoir. Cette correction de dévers est contrôlée par électronique. La Bibi 630-BL est conçue comme un matériel à vocation urbaine, pour les municipalités comportant des rues en forte pente. Elle ne mesure que 1,20 m de large, ce qui lui permet de circuler sur les trottoirs, et atteint une hauteur de travail de 6,40 m pour accéder aux réverbères, aux câbles électriques aériens ou pour accrocher des décorations provisoires. À noter que son moteur Honda de 13 ch, qui fonctionne à l’essence et non au gazole, entraîne une petite génératrice embarquée alimentant une prise 220 V, installée dans le panier, pour y brancher des outils ou de l’éclairage. Une machine, certes séduisante, mais souffrant cependant d’un gros défaut structurel : quand ses chenilles rencontrent un obstacle ? un bastaing traînant sur le chantier, par exemple ?, elles montent dessus jusqu’au point d’équilibre, puis basculent vers l’avant et redescendent. Ce basculement brutal du châssis se répercute le long du mât, s’amplifie et provoque un violent effet de catapulte dans le panier, risquant d'éjecter son occupant. C’est pour cette raison que les nacelles sur chenilles sont rarement utilisées en France et très peu présentes dans les parcs de location. Une solution a été trouvée par l’américain Genie, qui a récemment lancé une série de nacelles télescopiques, dites « Trax », qui, au lieu de comporter deux longues chenilles, en possèdent quatre petites, de forme triangulaire, montées sur amortisseurs. Elles se comportent alors comme des roues, ce qui résout le problème de basculement. Mais cette architecture est plus coûteuse qu’un châssis chenillé classique comme celui de cette Bibi.

PHOTO - 872370.BR.jpg
PHOTO - 872370.BR.jpg - © Axeo

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur