En direct

Julien Choppin, architecte, fondateur de l’agence Encore Heureux - © © Encore Heureux

"Une majorité de matériaux est éligible à une seconde vie"

Propos recueillis par Félicie Geslin |  le 04/05/2017  |  ArchitectureTechnique

Donner une seconde vie aux matériaux et produits de construction est un enjeu crucial pour le secteur du bâtiment. L’architecte Julien Choppin (du collectif Encore Heureux) démontre les possibilités du réemploi dans le n°359 des Cahiers techniques du bâtiment.

CTB : Tout peut-il être réutilisé dans un bâtiment existant??

Julien Choppin : Hormis les matériaux dangereux, qui nécessitent des traitements spécifiques, une majorité est éligible à une seconde vie. Parfois, le recyclage est plus approprié, dans le cas du métal par exemple, dans un but d’optimisation de la matière. Mais autant cette filière est déjà structurée, autant le réemploi en est encore à ses balbutiements. Bien qu’il y ait plus d’exemples construits avec des matériaux issus du second œuvre, les lots de structure peuvent être concernés, notamment à partir de la filière sèche. Mais concrètement, les lots d’étanchéité par exemple peuvent difficilement profiter des opportunités du réemploi. Autre point à souligner?: il est plus aisé de réutiliser des matériaux bruts que des isolants constitués d’un «?sandwich?» de polystyrène et plâtre…. Je citerais à ce propos l’exemple de l’architecte Gilles Perraudin, chantre de la pierre, qui revendique de «? construire les carrières de demain? ».

CTB : Quel serait pour vous, en tant que concepteur, le frein à lever en priorité pour un développement du réemploi??

J.C : Certainement l’aspect réglementaire, parce qu’il bloque tous les autres. L’identification du gisement a progressé et de nombreux acteurs se montrent aujourd’hui concernés par la question du réemploi et de la réutilisation dans la construction, mais l’absence de certification des matériaux et produits qui y sont éligibles décourage les initiatives. Sa massification est donc en grande partie conditionnée par un assouplissement des normes. En ce qui concerne nos projets, dans le cadre de l’expérimentation, nous travaillons avec un bureau de contrôle qui développe une approche interprétative des normes pour vérifier l’aptitude à l’usage de ces matériaux et produits, mais ce type de pratique est difficile à généraliser à grande échelle. D’autre part, le réemploi peine encore à sortir du registre de l’artisanat face à un recyclage déjà bien industrialisé et amplement soutenu par la politique européenne. Il faut souligner aussi qu’il suppose d’envisager différemment l’acte de construire…

Lire l'intégralité de l'entretien sur le site des Cahiers techniques du bâtiment

Commentaires

"Une majorité de matériaux est éligible à une seconde vie"

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX