En direct

Une machine souterraine d’un nouveau genre

Gilles Rambaud |  le 29/11/2013  |  IngénierieEurope

Prototype -

Moitié tunnelier, moitié machine à attaque ponctuelle. C’est ainsi que l’on pourrait résumer le prototype mis au point par l’entreprise allemande Wirth et destiné à l’exploitant minier Rio Tinto. Ce dernier cherche une nouvelle méthode d’extraction pour l’une de ses mines de cuivre dont les galeries sont actuellement creusées à l’explosif. Mise sous terre cette année, la MTM 6 va devoir faire la preuve de son efficacité. Si tel est le cas, Wirth est convaincu que ce nouveau concept connaîtra un grand succès, tant en exploitation minière qu’en génie civil. À condition que le terrain s’y prête ! Cette MTM (pour Mobile Tunnel Miner, « foreuse de tunnel mobile ») est faite pour se substituer aux jumbos ou aux fraises d’abattage, c’est-à-dire des techniques utilisées en roche dure et sans qu’il soit besoin de mettre la zone en surpression pour en chasser d’éventuels écoulements d’eau. La tête de la MTM 6 reprend le principe du bras articulé d’une machine à attaque ponctuelle, sauf qu’elle en compte six, équipés non pas de fraises mais de molettes, comme le bouclier d’un tunnelier. Ces bras tournent tous ensemble à vitesse rapide, tout en s’allongeant ou en se rétractant pendant la révolution, en fonction du profil de la section. Selon la programmation de ces mouvements, ils peuvent creuser des galeries circulaires, ovales, voire rectangulaires. Cela s’avère beaucoup plus rapide que la progression à l’explosif ou l’abattage à la fraise, avec un rendement théorique de 10 mètres linéaires par jour, que la campagne de tests actuellement en cours est en train de valider. Derrière cette tête d’un nouveau genre, un train suiveur assure l’alimentation en énergie et le marinage des matériaux par tapis convoyeurs. L’ensemble, qui, pour le coup, s’apparente tout à fait à un tunnelier, mesure 75 m de long. Le tout est monté sur chenilles et peut faire marche arrière pour sortir de la galerie puisque les conditions géologiques prérequises ne nécessitent pas la pose d’anneaux d’étanchéité. Articulé en plusieurs points, l’ensemble affiche un rayon de giration de 30 m, ce qui est relativement court.

PHOTO - 759626.BR.jpg
PHOTO - 759626.BR.jpg

Commentaires

Une machine souterraine d’un nouveau genre

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur