En direct

Une machine à projeter de l’enrobé pour l’entretien des voies urbaines

CONRAD FREELING |  le 29/11/2013  |  ÉvénementGros œuvreVRD

Fabriqué par l’allemand Schäfer, ce blow patcher est un matériel mobile et ergonomique qui produit des enrobés à froid in situ.

L’enrobé coulé à froid est une technique d’entretien des chaussées bien appréciée en zone urbaine car elle est rapidement mise en œuvre, elle réduit considérablement les rejets atmosphériques, évite le surplus de gravillons et permet une réouverture rapide de la voie. Colas Est innove dans sa mise en œuvre en se dotant de trois blow patchers (« projeteurs de pansement »), un matériel de pose très original : il permet de réparer les petites dégradations de la chaussée (nids de poule, faïençage, arrachements, disparition de joints, etc.) sans avoir à mobiliser une logistique lourde. L’engin, autonome, est monté sur un porteur 6x4 de 26 t. L’hydraulique de la machine est entraînée par un moteur thermique indépendant de celui du camion. La trémie capotée de 6 m³ comporte deux compartiments pour des coupures de granulats différenciés  couramment, du 4-6 pour le comblement et du 2-4 pour la finition. Les matériaux sont lavés pour éviter les poussières, et le dosage des granulats est assuré par deux vis sans fin à débit réglable. Une cuve isolée de 1 700 l fournit l’émulsion. Celle-ci, maintenue en température par un brûleur à gaz, est propulsée dans le circuit par une pompe. Des flexibles transportent ces ingrédients jusqu’à un diffuseur où ils se mélangent juste avant leur projection. Montée sur un bras articulé et pivotant à 180° fixé à l’arrière de l’engin, cette tête de mélange et de projection est la véritable innovation du procédé. Elle permet d’effectuer une mise en œuvre précise, rapide et dans de bonnes conditions de confort. Elle est réchauffée par le circuit de refroidissement du moteur pour éviter les colmatages par l’émulsion. L’opérateur peut paramétrer manuellement ses dosages et contrôler la projection depuis un tableau de commande fixé sur la potence. « Nous sommes en train d’étudier avec le constructeur la possibilité d’automatiser le dosage, et de pouvoir ainsi fabriquer des formules enregistrées », précise Julian Guignard, adjoint matériel chez Colas Est. Un réservoir d’eau de 500 l, également embarqué à bord du camion, permet de nettoyer préalablement et d’humidifier la surface à traiter pour faciliter l’accrochage. Après la projection de l’enrobé en une ou plusieurs couches, le passage d’un petit compacteur parachève le travail avant la réouverture à la circulation.

PHOTO - 760541.BR.jpg
PHOTO - 760541.BR.jpg

Commentaires

Une machine à projeter de l’enrobé pour l’entretien des voies urbaines

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur