En direct

Une machine à coffrage glissant pour une chaussée en béton bicolore
PHOTO - 706209.BR.jpg - © PAscale braun

Une machine à coffrage glissant pour une chaussée en béton bicolore

PASCALE BRAUN |  le 29/03/2013  |  TransportsBétonChausséeEntreprisesTravaux sans tranchée

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Béton
Chaussée
Entreprises
Travaux sans tranchée
Matériel de chantier
Moselle
Gros œuvre
VRD
Produits et matériels
Valider

Eiffage TP utilise une Gomaco de 3,60 m de large dont la précision est étroitement surveillée.

Pour constituer la chaussée de Mettis, le futur bus à haut niveau de service de l’agglomération de Metz, Eiffage TP mobilise une machine à coffrage glissant sur les 2,8 km de site propre de la branche nord. Ici comme partout le long du parcours, la tolérance n’est que de 3 mm sur une distance de 3 m. « La surface doit être la plus plane possible pour le confort du roulement et celui des passagers. La mise en œuvre mécanisée du béton était mieux adaptée pour obtenir ces valeurs », estime Frédéric Gratesolle, directeur d’agence de l’établissement Béton à plat d’Eiffage TP. Les travaux ont commencé en mai 2012 par de longs préparatifs consistant à créer les trottoirs, puis des chemins de roulement de part et d’autre de la future chaussée. Puis est arrivée une Gomaco 6300 de 3,60 m de large pour mettre en œuvre une couche de béton dont l’épaisseur varie selon les zones entre 22 et 25 cm. Déversé par des toupies en milieu de la chaussée, le béton est lissé par la machine avec grande précision. Adepte du guidage depuis 2007, la division « Béton à plat » d’Eiffage TP a opté pour un système optique Leica, constitué de trois théodolites robotisés, connectés à deux prismes situés sur la machine. Communiquant par ondes radio, les stations pointent automatiquement leur cible avec une précision millimétrique, ce que ne permettent pas les systèmes de positionnement par satellites de type GNSS. Un système de contrôle qualité définit la tolérance d’exécution et stoppe l’atelier de bétonnage si le seuil d’alerte est dépassé. Gelé par les intempéries en décembre dernier, l’atelier avait réalisé en 2012 une surface de 4 440 m², soit 800 m³ de béton. Le revêtement se divise en tronçons, alternant le gris et l’ocre pour s’adapter aux variations du paysage urbain selon que les immeubles alentour sont en béton ou en pierre de taille jaune. La formulation du béton reste identique ; seuls les pigments changent. Mais chaque rupture nécessite l’arrêt des travaux : la pose de goujons aux intersections et la réalisation manuelle de dalles de transition pour une variation progressive de la couleur. Le chantier a commencé par les tronçons les plus courts. À sa reprise prévue au printemps 2013, Eiffage TP espère couler plus de 115 m³ de béton par jour. Une cadence élevée pour une mise en œuvre aussi précise.

PHOTO - 706209.BR.jpg
PHOTO - 706209.BR.jpg - © PAscale braun

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur