En direct

Une grue de 500 t navigue sur la Seine
PHOTO - 796865.BR.jpg - © Gilles rambaud

Une grue de 500 t navigue sur la Seine

Gilles Rambaud |  le 27/06/2014  |  IngénierieMatériel de chantierFrance Paris

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ingénierie
Matériel de chantier
France
Paris
Valider
Levage -

A peine le nouveau barrage de Chatou (Yvelines) en aval de Paris achevé, a débuté la démolition de l’ancien ouvrage datant de 1933. Commencé fin 2013, interrompu durant les mois d’hiver à cause des risques de crues, ce chantier de déconstruction confié à Bouygues Travaux publics a vécu une étape importante le 23 mai 2014 avec le levage et la dépose du batardeau. Cette pièce métallique de 160 t, longue de 33 m, était plongée dans la Seine pour obturer une des trois portes du barrage lors des travaux de maintenance. C’était le plus gros morceau à lever. « Ce batardeau était mobile. Il se déplaçait le long d’un portique. Nous avons d’abord enlevé les éléments mécaniques, puis des éléments en béton avant de pouvoir le soulever », relate Domingos Goncalves, directeur de travaux chez Genier Deforge, en charge de la démolition. Pour ce coup de crochet spectaculaire, il fallait des moyens exceptionnels. C’est le belge Sarens qui les a fournis avec une grue sur chenilles Terex CC2500 d’une capacité de 500 t, montée sur un double ponton. Solidement amarrée et ancrée, cette plate-forme flottante est constituée de ballast. Un système de pompe à très gros débit remplit et vide ces caissons pendant le levage lui-même afin d’équilibrer l’ensemble lors du mouvement de la charge. Celle-ci a été déposée sur une barge puis évacuée par voie d’eau pour ferraillage. Après le départ de la grue, d’autres engins impressionnants vont arriver, à commencer par la plus grosse pelle de démolition de France, une Komatsu PC1250 appartenant à Genier Deforge dont l’équipement monte à 55 m. Elle aussi opérera depuis un ponton flottant pour grignoter le béton de l’ouvrage dont les morceaux tomberont dans la Seine avant d’en être dragués. Puis c’est une Liebherr 974 qui prendra le relais, équipée d’un marteau hydraulique de 7,5 t, modifié pour travailler sous l’eau. Guidée par un sonar, elle s’attaquera aux piles immergées du barrage qui seront détruites jusqu’au radier. « C’est la première fois de ma carrière que je mène une opération de démolition sur l’eau, admet Domingos Goncalves. J’ai d’abord eu un peu peur de l’inconnu, puis j’y ai pris goût, et maintenant je suis fier de ce que nous faisons. »

PHOTO - 796865.BR.jpg
PHOTO - 796865.BR.jpg - © Gilles rambaud

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur