En direct

Une grue de 100 m de haut pour une rénovation hors norme

Gilles Rambaud |  le 18/10/2013  |  ParisBâtimentMatériel de chantierTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paris
Bâtiment
Matériel de chantier
Technique
Valider

La coupole du Panthéon, à Paris, mobilise de gros moyens matériels pour sa délicate consolidation.

Elle est prestigieuse, mais malade. La coupole du Panthéon, à Paris, réclame davantage qu’un simple ravalement de façade ; c’est sa structure même qu’il faut rénover. « Ses concepteurs avaient adopté une technique courante au xviii e siècle : le chaînage. Les voiles sont renforcés par des cerclages métalliques inclus dans les murs », raconte Denis Di Constanzo, président de l’entreprise Lefevre Rénovation. Mais, au fil du temps, la toiture a perdu de son étanchéité. Les infiltrations ont rongé le chaînage, puis les pierres, jusqu’à rendre l’édifice fragile. Très fragile. À tel point que rien ne doit s’appuyer sur le bâtiment. Il fallait donc trouver une solution pour recouvrir toute la coupole de 400 t d’échafaudage sans ancrage. « L’idée est de construire un tabouret métallique porté par quatre piles qui descendent le long de l’édifice et reposent sur des micropieux fondés pour l’occasion. Cela permet d’installer un platelage à 40 m de haut tout autour de la coupole. C’est sur lui que viendra reposer l’échafaudage », décrit Denis Di Constanzo.

Plusieurs niveaux de desserte

Cette solution audacieuse résout le problème de l’accès au dôme, mais pas celui de l’approvisionnement du chantier. Or ce sont 200 m³ de pierres et plusieurs tonnes de plomb (le matériau utilisé pour la couverture) qui doivent être évacués et remplacés. L’idée de départ était d’aménager des dessertes à différents niveaux de l’échafaudage pour y stocker les matériaux. Cette solution n’était pas la meilleure. « Ces dessertes devaient être approvisionnées par une grue mobile. Compte tenu de la hauteur et du déport pour atteindre les points de livraison, il fallait un modèle de 400 t. D’après les premières estimations, nous avions calculé 40 interventions à intervalles réguliers pour poser et déposer les matériaux. Or mettre en position une grue mobile de 400 t place du Panthéon, à Paris, ce n’est pas simple ! » Lefevre Rénovation a imaginé une autre solution : une grue à tour. Elle permet un approvisionnement quotidien, par petites quantités déposées au plus près des zones de travail. Logistique simplifiée, manutention réduite, tracas administratifs évités… mais complexité technique. C’est le fabricant Potain et le loueur Arcomet qui ont fourni le matériel. « Arcomet a travaillé en étroite collaboration avec les équipes des affaires spéciales de Potain afin de monter le dossier et de répondre aux nombreuses contraintes de ce chantier d’exception. Ce travail d’équipe a été très apprécié par l’entreprise Lefevre Rénovation et a fait la différence », estime Carole Bolomier de Manitowoc, la maison mère de Potain. La flèche de la grue doit culminer à 100 m de haut. La faire partir du sol aurait nécessité un lourd massif de fondation. D’où l’idée de se servir d’une des piles du tabouret destiné à l’échafaudage. Les calculs prouvent que c’est possible. Un élément de charpente métallique conçu sur mesure vient coiffer le haut de la pile. La grue y est simplement boulonnée et monte de 60 m sans ancrage. Les 100 m de haut sont atteints sans toucher au bâtiment. Étrangement, cette Potain MDT 178 est équipée d’une cage de télescopage, un accessoire lui permettant de s’élever en cours de chantier, ce qui ne sera pourtant pas nécessaire. « Elle lui a servi pour se monter toute seule, sans l’aide d’une grue mobile géante », explique Denis Di Constanzo qui, décidément, n’aime pas ce genre de machine. Cela tombe bien : c’est la grue à tour qui va assurer le montage et le démontage de l’échafaudage dont elle partage le support.

PHOTO - 751876.BR.jpg
PHOTO - 751876.BR.jpg - © Lefevre
PHOTO - 751870.BR.jpg
PHOTO - 751870.BR.jpg - © crédit
PHOTO - 751865.BR.jpg
PHOTO - 751865.BR.jpg - © gilles rambaud
Denis Di Constanzo, président de Lefevre Rénovation - « Du matériel digne d’un chantier de génie civil »

« Lefevre Rénovation est spécialisé dans la rénovation de monuments historiques. Nous sommes intervenus sur le donjon du château de Vincennes, le long de la tour Saint-Jacques, sur les façades du Grand Palais, mais jamais je n’avais rencontré une telle importance du matériel sur un de nos chantiers. L’ensemble constitué par la grue, l’échafaudage et le tabouret pèse 1 500 t et représente à lui seul 50 % du prix du marché. Ce sont des chiffres que l’on trouve plus souvent dans des opérations de génie civil que dans de la rénovation de bâtiment. »

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur