En direct

Une forêt sur la Plaine de Pierrelaye-Bessancourt
La forêt assurera la continuité de la ceinture verte régionale. - © SMAPP

Une forêt sur la Plaine de Pierrelaye-Bessancourt

le 19/10/2018  |  LogementAménagementVal-d'OiseAssainissementPollution

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
Collectivités locales
Aménagement
Val-d'Oise
Assainissement
Pollution
Valider

Val-d'Oise -

L'enquête publique pour le projet d'aménagement de la Plaine de Pierrelaye-Bessancourt devrait se tenir au premier trimestre 2019. Cette vaste opération assurera la continuité de la ceinture verte régionale entre les forêts domaniales de Saint-Germain, Montmorency, et L'Isle-Adam. Le syndicat mixte d'aménagement de la Plaine de Pierrelaye-Bessancourt (Smapp), créé en 2014, est maître d'ouvrage de l'opération. Sur un périmètre d'intervention de 1 350 ha, il projette de planter une forêt de 1 000 ha, de maintenir 350 ha de terres agricoles et de créer plus de 8 000 logements dans les villes avoisinantes.

Un million d'arbres sur des terres polluées. « Ces terres ont été polluées par les épandages des eaux usées de la Ville de Paris, puis du syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (Siaap), durant un siècle », explique Bernard Tailly, président du Smapp et maire de Frépillon (Val-d'Oise). Découverte dans les années 1990, cette pollution a été prise en compte en 1999-2000 par deux arrêtés préfectoraux y interdisant la culture de produits destinés à la consommation humaine. Les terrains étant en déshérence, la solution consensuelle fut d'opter, en 2011, pour un aménagement forestier. Un million d'arbres seront plantés. « Le Smapp entend créer une véritable forêt qui favorise la biodiversité et soit exploitable à terme, ajoute Bernard Tailly. Le principe est de varier les essences et de privilégier les espèces à la durée de vie longue. » Espèces recommandées : chêne sessile et chêne pubescent, tilleul, charme, frêne, plusieurs variétés d'érables, bouleau verruqueux, et poirier. La vingtaine d'hectares identifiés comme la partie la plus polluée sera rendue inaccessible au public et valorisée en réserve écologique.

Les cessions en cours de négociation. Pour l'heure, la maîtrise foncière - 6 000 parcelles, 4 000 propriétaires - constitue un premier obstacle. « Environ 45 % des parcelles appartiennent à des entités publiques (Etat, collectivités… ). Nous sommes en négociation. Les cessions se feront parfois à l'euro symbolique. Les premières plantations sont prévues pour l'hiver 2019-2020 », précise l'élu. Une fois propriétaire, le Smapp procédera au nettoyage, aux plantations, et à la sécurisation des parcelles.

L'investissement est estimé à 85 M€, le Smapp disposant d'un budget de fonctionnement de 600 000 € nécessaire aux études et au bouclage des dossiers. La concertation a eu lieu en début d'année, le dépôt des dossiers de déclaration d'utilité publique en juillet, et la maîtrise des terrains publics sera assurée au premier trimestre 2019. L'équipe de maîtrise d'œuvre forestière devrait être désignée cet automne. Comme le projet s'inscrit sur le long terme - la forêt, plantée sur dix ans, sera mature dans trente ou cinquante ans -, les marchés de maîtrise d'œuvre et de financement s'étaleront sur huit ans. « Chose rare, conclut Bernard Tailly, le projet bénéficie d'un consensus des collectivités et d'une aide active de l'Etat. »

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur