En direct

Une étude confirme les perspectives maussades pour le BTP en 2014

le 19/06/2014  |  LogementEntreprisesTechniqueBâtimentFrance entière

Une étude publiée le 16 juin par le cabinet spécialisé dans l’assurance-crédit Euler Hermes confirme qu’en  2013, les mises en chantier de logements neufs ont reculé en France de 5%  (en glissement annuel : 318.748 contre 336.277 fin 2012), loin de l'objectif de 500.000 mises en chantier souhaité en début d'année par les pouvoirs publics.

« On est entré en 2013 en zone rouge, c’est-à-dire en dessous du seuil de 350.000 qui est le niveau minimum pour répondre aux besoins annuels correspondant à l'évolution sociologique et démographique de la France », commente Didier Moizo, conseiller sectoriel pour Euler Hermes. « Les mises en chantier continuent de baisser, bien qu’à un rythme moins soutenu », ajoute Didier Moizo.
 Selon l’étude de Euler Hermes, les statistiques des permis de construire dans le résidentiel n’augurent pas d’un redressement au premier semestre 2014. Ils ont reculé significativement au cours de l’année 2013 (-11,7%). L’évolution de l’indice de production du ciment confirme les difficultés  du secteur. « Il est en fin d'année 2013 au plus bas niveau depuis 2001, et inférieur de 23% au point haut de mars 2007 », souligne le cabinet spécialisé.
Les réalités et l'analyse de l'ensemble du secteur sont plus complexes car il comprend de multiples métiers dont la construction non-résidentiel et les travaux publics, qui sont également en berne en 2013 avec des baisses en volume respectivement estimées à  -3% et -4%. « De ce fait, des embellies dans certains segments ou régions peuvent permettre d'atténuer les difficultés du secteur en 2014 malgré des perspectives globales maussades. Au total, l’activité du secteur de la construction pourrait à nouveau se contracter en volume de -1,5% en 2014 », pronostique Euler Hermes.

Fragilité structurelle

Par ailleurs, selon cette étude, le nombre de défaillances dans la construction reste très élevé : 15.500 en 2013, autant qu’en 2012, signe d'une fragilité structurelle.
« Elles représentent 25% de l’ensemble des défaillances, ce qui est disproportionné en comparaison du poids économique du secteur. Pour autant, face aux difficultés particulièrement difficiles et tenaces, la construction manifeste une certaine résilience et on constate une stabilisation des défaillances», ajoute Sophie Allégot, responsable de l’arbitrage des risques dans le secteur de la construction pour Euler Hermes France.

Observant que la construction occupe une place déterminante dans l’économie française (elle représente 5% du PIB et 25% de l’investissement, alors que le BTP emploie  1,3 million de personnes soit environ 5% de la population active dont de nombreux intérimaires), Euler Hermes estime que « tout accroissement de l'activité a un effet positif immédiat sur l’emploi, puisqu’il s’agit principalement d’activités non délocalisables ».

Des mesures attendues pour accélérer la sortie de crise

L’étude met en avant les atouts du BTP (entreprises solides capables de jouer un rôle dans la compétition internationale, croissance démographique favorable,  besoins urgents de rénovation et de mises aux normes du bâti…)  et conclut que l'accélération de la sortie de crise demeure « tributaire de la mise en œuvre de mesures de soutien répondant à la complexité du secteur ». Parmi ces mesures, on peut citer la relance des grands projets de travaux publics (modernisation des routes et des voies ferroviaires, chantiers de LGV…) ou  la relance du pouvoir d’achat et de la confiance des ménages par des mesures incitatives (TVA à 5,5%, PTZ…)
« Les entreprises de la construction ont été fragilisées par plusieurs années de crise, d'autant qu'il s'agit pour beaucoup de petites structures faiblement capitalisées qui ne sont pas parvenues à reconstituer leurs fonds propres mis à mal par la crise de 2009 », analyse Nicolas Delzant, président du Directoire d’Euler Hermes France. « Certaines mesures sont urgentes et nécessaires pour donner un nouveau souffle au secteur et créer immédiatement des emplois en France. »

Commentaires

Une étude confirme les perspectives maussades pour le BTP en 2014

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur