En direct

Une étagère évolutive sur le Rhin
Le projet de l'équipe DeA pour l'Ile du Rhin - © © DeA

Une étagère évolutive sur le Rhin

Laurent Miguet |  le 15/06/2012  |  Haut-RhinDeATransportsFrance entièreBas-Rhin

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Projets
Haut-Rhin
DeA
Transports
France entière
Bas-Rhin
International
Architecture
Valider

L’agence mulhousienne DeA a remporté le 8 juin le concours d’idées international pour la transformation de l’ancienne plate-forme douanière franco-allemande, au nord du Grand Canal d’Alsace.

« Le signal, c’est le projet » : par cette formule, l’architecte Laurent Thomassin, membre du jury, résume l’option choisie pour la valorisation de l’extrémité nord de l’île du Rhin, à mi-chemin entre Bâle et Strasbourg. La vision de l’équipe lauréate évoque à ses yeux les Cités radieuses de Le Corbusier ou le Centre Beaubourg de Richard Rogers et Renzo Piano. « A partir de ce choix, vous êtes en situation d’aller très loin, si vous gardez votre détermination dans les étapes suivantes » : André Heimburger, directeur de l’Agence d’aménagement et d’urbanisme du Haut-Rhin, assistant au maître d’ouvrage, s’est adressé en ces termes aux élus du pays de Brisach, le 8 juin après la délibération du jury.  Message reçu par Gérard Hug, président de la communauté de communes, maître d’ouvrage : « Nous sommes au début d’un long chemin »…

Le projet de DeA vu côté français
Le projet de DeA vu côté français - © © DeA

Composition de l’équipe : DEA (architecte mandataire) ; Villes et paysages (paysage) ; les Eclaireurs (conception lumière), Pierre Fraenkel (artiste) ; Hans Wirz (urbaniste), Berest (voirie et réseaux divers).

Trois propositions avaient émergé en décembre dernier, parmi les 44 dossiers pré-selectionnées. Pour marquer l’entrée en France sur une emprise de 22 000 m2, entre les collines allemandes du Kaiserstuhl et la ville française de Neuf-Brisach, fortifiée par Vauban et inscrite au patrimoine mondial, les concepteurs devaient répondre à trois objectifs : une architecture remarquable ; une prestation artistique ; un aménagement compatible avec l’accueil d’activités touristiques et économiques.

Les autres finalistes :

Spitz-Peter : train, hôtel et eaux vives

Le projet de l'équipe Spitz-Peter pour l'Ile du Rhin
Le projet de l'équipe Spitz-Peter pour l'Ile du Rhin - © © Michel Spitz Architecte

De part et d’autre de l’axe Est – Ouest matérialisé par les ouvrages de franchissement du canal d’Alsace et du Vieux Rhin, l’équipe coordonnée par l’architecte colmarien Michel Spitz scénarise le dialogue entre activité et nature. Adossé aux ouvrages hydrauliques, le belvédère proposé par l’architecte sculpteur Laurent Reynès ouvre la vue sur ce dialogue. Au Nord et en s’appuyant sur l’expertise hydraulique du cabinet Merlin, les concepteurs profitent de la pression de la nappe, en aval de la centrale hydroélectrique et de sa chute d’eau de 18 m, pour créer un parc d’eaux vives à moindre coût. Ils ressuscitent les baignades sur le Rhin, courantes jusque dans les années 30. L’attractivité touristique repose également sur l’hôtel lacustre d’exception.

Militant des transports publics et cyclables, le paysagiste Alfred Peter propose des solutions adaptées aux temps de crise : sans construire de nouveaux ouvrages, un feu rouge suffit à rétablir la traversée ferroviaire du Rhin sur laquelle achoppent les partisans de la reconstruction de la ligne Colmar Fribourg. Fixées sur les ponts routiers existants, des structures légères accueillent les piétons et les cyclistes.

Composition de l’équipe : Michel Spitz Architecte (mandataire) ; Alfred Peter (paysagiste) ; Laurent Reynès (artiste) ; Cabinet Merlin (ingénierie).

Meccanoo : l’archipel rhénan

Le projet de l'équipe Mecanoo pour l'Ile du Rhin
Le projet de l'équipe Mecanoo pour l'Ile du Rhin - © © Mecanoo

L’équipe hollandaise puise son inspiration dans l’histoire : avant sa transformation en une rivière linéaire, le Rhin coulait dans un archipel d’îles. Métaphore des anciens bras fluviaux, des espaces publics de liaison entre les activités rendent vie à ce modèle. L’organisation des îlots évoque l’écomusée d’Alsace proche, et permet d’étaler les constructions dans le temps. Adaptée aux milieux secs ou humides et puisée dans les essences locales, la végétalisation accentue le contraste entre les plateaux haut et bas. Un belvédère de béton et de bois surplombe l’ensemble. Sa construction lancerait le projet.

Commentaires

Une étagère évolutive sur le Rhin

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur