En direct

Une équipe internationale pour le campus de Jussieu

Marie-Douce Albert |  le 09/12/2011  |  ParisFrance entièreCollectivités localesEuropeInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paris
France entière
Collectivités locales
Europe
International
Valider
Paris -

Pour l’Université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC), le renforcement des partenariats avec le monde de l’industrie relève d’enjeux décisifs. Sur le campus de Jussieu, dans le V e arrondissement de Paris, l’établissement dédié aux sciences et à la médecine va matérialiser ce lien nécessaire en faisant construire un bâtiment « incubateur », baptisé Paris Parc. La compétition pour la réalisation de ces 15 000 m² de programme mixte (laboratoires et tertiaire) a été remportée par l’équipe formée par les agences d’architecture danoise BIG et parisienne OFF, associées pour l’occasion aux ingénieurs en structure de Buro Happold (Londres), à Igrec Ingénierie (Paris), à l’ingénieur environnemental Franck Boutté (Paris) et à l’économiste Michel Forgue (Paris). Le calendrier est en cours d’élaboration.

Créée en 2005, l’agence BIG - qui se partage entre Copenhague et New York - tient là son premier chantier en France et pour son fondateur, Bjarke Ingels : « C’est un challenge excitant de construire en plein cœur de Paris. On ne pourrait en effet trouver situation plus dense et plus historiquement chargée. »

Simplicité

Le projet Paris Parc devra venir se glisser sur l’axe piétonnier reliant la place Mohammed-V et l’espace du parc du campus. Située au nord du fameux gril de Jussieu construit par Edouard Albert dans les années 1960, l’emprise est aujourd’hui occupée par des structures provisoires liées au chantier de rénovation du pôle universitaire. Le futur bâtiment se dressera donc, comme le remarque Bjarke Ingels, « épaule contre épaule » avec l’Institut du monde arabe (IMA) de Jean Nouvel. De plus, il aura en ligne de mire à la fois le boulevard Saint-Germain et le chevet de Notre-Dame.
« Nous avons conçu ce projet en réponse à cet environnement, poursuit Bjarke Ingels. C’est pourquoi Paris Parc ne sera pas un bâtiment intéressant parce qu’il sera surprenant ou tapageur. C’est ce site qui lui donnera son caractère unique et nous avons donc imaginé un édifice très simple. » Pour tirer le meilleur parti de ce prestigieux voisinage, un pan de la façade reflétera tant la cathédrale que les diaphragmes photographiques du mur sud de l’IMA.
Pour répondre au caractère hybride du programme jouant l’équilibre entre le bâtiment universitaire et la pépinière d’entreprises, le projet mise sur une certaine ouverture. Ainsi, tous les espaces s’organiseront autour d’une grande faille lumineuse. Tout en transparence, cet atrium permettra de créer un lien visuel avec l’activité dans les bureaux et les laboratoires. Il formera ensuite un lieu de convivialité en proposant tout un ensemble d’espaces ouverts. Mais, l’un des lieux de rencontres et d’échanges les plus attrayants pourrait bien être le toit du futur bâtiment, qui sera aménagé en jardin.

DESSIN - 606340.BR.jpg
DESSIN - 606340.BR.jpg - © BIG + OFF

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur