En direct

Une enquête sur les contrats de résultat et de l'irritation à la Fedene
Selon les conclusions du SNEC, les contrats de résultat réduiraient de 17 % les consommations de chauffage des logements collectifs. - © © Mathieu Dejeu

Une enquête sur les contrats de résultat et de l'irritation à la Fedene

Mathieu Dejeu |  le 27/05/2016  |  EnergieTechniqueParis

Le Syndicat national de l’exploitation et de la maintenance (SNEC), membre de la Fédération des services énergie environnement (Fedene), a présenté le 26 mai à Paris les résultats d'une enquête portant sur les contrats de résultat en chaufferie collective. Pascal Roger, président de la Fedene, en a profité pour déplorer le manque de soutien de l'Etat.

La présentation de la nouvelle étude du Syndicat national de l’exploitation et de la maintenance (SNEC) le 26 mai à Paris s’est transformée en plaidoyer pour les services d’efficacité énergétique. Cette association professionnelle, membre de la Fédération des services énergie environnement (Fedene), a réalisé auprès de 11 entreprises adhérentes une enquête consacrée aux contrats de résultat dans le domaine du chauffage collectif. Dans le cadre de ces conventions, la société bénéficiaire s’engage à atteindre un certain seuil d’économie d’énergie. Il pilote alors les installations et leur approvisionnement pour parvenir à l’objectif fixé.

Le SNEC a extrapolé les réponses des 11 participants pour fournir une estimation à l’échelle de la totalité de ses affiliés : 60 entreprises qui gèrent environ 70 % du parc de logements et 50 % des surfaces tertiaires publiques et privés équipés d’un chauffage ou d’une climatisation collectifs. Selon ces calculs, les contrats de résultat représentaient 38 % des contrats des adhérents en 2015, contre 30 % en 2012, année de la précédente enquête. Ils couvraient 53 % de la puissance totale administrée par les membres. Trois années plus tôt, ces accords constituaient 43 % du portefeuille.

Dans le secteur résidentiel, les rapporteurs évaluent que la consommation de chauffage des sites sous contrat de résultat est 17 % inférieure aux autres bâtiments. Au vu des données fournies par le SNEC, il est difficile d’identifier les causes de ce phénomène. Ces constructions sont-elles mieux isolées que la moyenne nationale ? Possèdent-elles des équipements plus performants ? Pour le syndicat, ce sont les contrats de résultat qui génèrent l’ensemble de ces économies. « L’engagement contractuel de l’exploitant améliore très significativement la performance énergétique des bâtiments », affirme Olivier Salvat, président du SNEC. Par ailleurs, l’étude constate entre 2012 et 2015 une baisse de 12 % de la consommation moyenne de chauffage dans les immeubles avec une garantie d’économies.

Des métiers qui s’estiment oubliés

Lors de la manifestation, Pascal Roger, président de la Fedene, a regretté le « silence de pouvoirs publics sur les économies d’énergies. » La fédération observe un ralentissement des rénovations. La baisse du prix des énergies fossiles incite les potentiels clients à patienter. En outre, le marché des certificats d’économies d’énergie a chuté. Il ne soutient plus suffisamment les activités des membres de la Fedene. « Nous notons aussi l’absence d’un volet consacré à l’efficacité énergétique dans le projet de programmation pluriannuelle de l’énergie, souligne-t-il. Par rapport aux énergies renouvelables, les engagements de performance énergétique ne coûtent rien à l’Etat, mais elles ont une influence directe sur les consommations. »

La fédération a donc émis une série de recommandations pour relancer son secteur. Elle demande notamment des bonifications de CEE pour les contrats de résultat, la prise en compte dans les réglementations thermiques des économies permises par l’exploitation des chaufferies, ou bien encore l’instauration d’une taxe carbone efficace. « Cette mesure rétablirait l’équilibre du marché, explique Pascal Roger. Nous souhaitons toutefois avoir une visibilité sur son évolution. »

Commentaires

Une enquête sur les contrats de résultat et de l'irritation à la Fedene

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX