En direct

Une église alsacienne sauvée par le mariage du bois et du béton
L’arrondi de la façade principale s’inscrit dans une conception qui développe la métaphore de l’Arche de Noé. - © © Dorcas System

Une église alsacienne sauvée par le mariage du bois et du béton

Laurent Miguet (Bureau de Strasbourg du Moniteur) |  le 22/05/2013  |  BâtimentBoisBétonPlancherFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Chantiers
Bâtiment
Bois
Béton
Plancher
France entière
International
Haut-Rhin
Immobilier
Technique
Gros œuvre
Hygiène
Produits et matériels
Valider

Grâce à un avis technique obtenu en 2012 sur un procédé de plancher collaborant bois-béton, l’extension d’une église évangélique sort de trois ans d’arrêt de chantier à Mulhouse.

Un plancher collaborant de 1500 m2 en bois et béton offre sa première référence française aux connecteurs en métal déployé brevetés par l’université de Wiesbaden sous le nom HBV System (abréviation de l’allemand Holz Beton Verbindung, qui signifie « liaison bois béton »). Grâce à ce procédé mis en œuvre par les entreprises Rémy Roesch (béton) et Wiedmann (charpente), « La Porte ouverte Chrétienne » a pu sortir de trois ans d’arrêt de chantier, dans l’extension des locaux cultuels et associatifs de l’église évangélique du quartier de Brossolette, à Mulhouse.

20 ans de recul

« Entre deux niveaux d’un établissement recevant du public, la réglementation incendie impose quatre mètres de hauteur, incompatibles avec la solution métallique initialement retenue. Les autres systèmes collaborants bois béton homologués en France ne permettent pas d’atteindre les portées de 11 m, pour les sections dont nous avons besoin », explique le menuisier Claude Schmerber, paroissien à La Porte Ouverte. Ses recherches documentaires l’ont conduit à découvrir une technique couramment utilisée depuis 20 ans dans de nombreux pays européens, et jusqu’à Vancouver (Canada) où l’université scientifique de Colombie britannique l’a mise en œuvre dans ses propres locaux. L’homme de foi a mis trois ans pour déplacer les montagnes réglementaires et technocratiques françaises, jusqu’à obtenir fin 2012 un avis technique du Centre scientifique et technique du bâtiment.

l’écartement entre les connecteurs correspond à la distance qui sépare les treillis, ce qui facilite la mise en œuvre de la dalle béton.
L’écartement entre les connecteurs correspond à la distance qui sépare les treillis, ce qui facilite la mise en œuvre de la dalle béton. - © © Dorcas System

Les connecteurs se présentent sous forme de grilles fixées en atelier dans les poutres en lamellé collé, puis noyées sur chantier dans les dalles portées par des voiles béton. « Contrairement à d’autres systèmes collaborants, celui-ci autorise des densités de connecteurs variables, en fonction des efforts à reprendre », explique Claude Schmerber. La flexibilité des grilles de métal déployé retarde la phase d’écroulement des structures, en cas d’incendie. L’équivalence entre l’écartement des treillis de la dalle et la distance entre les connecteurs facilite la mise en œuvre. Les nouveaux locaux présentent une résistance au feu d’une heure. Cerise sur le gâteau, la structure bois du plancher, visible depuis le rez-de-chaussée, améliore l’esthétique et limite les besoins d’entretien du nouveau bâtiment. La subvention de 90 000 euros, accordée par le conseil régional dans le cadre de son soutien à la filière bois, compense le surcoût occasionné par la nouvelle option technique.

Ambition nationale

Propriétaire depuis 1988 d’un ancien supermarché désaffecté dans un quartier d’habitat social, La Porte Ouverte s’offre une image à la hauteur de ses ambitions, avec cette extension de 3000 m2 qui portera à 7000 m2 la surface totale de son immeuble. L’agence d’architecture G5 a développé la métaphore de l’arche de Noé : des lignes évasées et des angles arrondis délimitent la façade principale couronnée par un mur rideau aux motifs ondulés, métaphore de l’eau du baptême. Sur le parvis, une croix haubanée de 21 m de haut joue le rôle du mât. La stabilité, la finesse et le contreventement de la structure reposent sur des poteaux métalliques remplis de béton, associé aux voiles travaillant.

L'agence d'architecture Atelier G5 donne à un ancien supermarché une architecture correspondant à sa vocation pastorale
L'agence d'architecture Atelier G5 donne à un ancien supermarché une architecture correspondant à sa vocation pastorale - © ©Atelier G5

«3000 m2 pour 3,5 millions d’euros TTC,  ce n’est vraiment pas du luxe », s’exclame Roger Graesslin, secrétaire de La Porte Ouverte et retraité des services techniques municipaux de Mulhouse. Ce commentaire du maître d’ouvrage renvoie à la question des aides publiques aux lieux de culte : les collectivités des départements concordataires ont récemment étendu leur soutien aux mosquées, mais pas encore à l’église évangélique.

L’épopée constructive de Claude Schmerber ne devrait pas s’arrêter à ce chantier désormais programmé pour une livraison à la fin 2014. Sous la raison sociale Dorcas Système, l’artisan basé à Saint-Bernard (sud de l’Alsace) assume la commercialisation du procédé HBV en France, en partenariat avec le bureau d’études alsacien BWG, repreneur de l’ingénierie de l’église évangélique de Mulhouse après l’arrêt de chantier. L’avis technique de 2012 pourrait en inspirer d’autres : « J’ai concentré la demande sur les planchers collaborants, afin de sortir le chantier mulhousien de l’impasse, en attendant de lancer de nouvelles procédures correspondant à d’autres applications », annonce le menuiser alsacien. Le système HBV s’applique notamment à la construction de ponts routiers.

Commentaires

Une église alsacienne sauvée par le mariage du bois et du béton

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

Date de parution : 06/2019

Voir

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur