Entreprises de BTP

« Une douzaine de collaborateurs issus de toutes les entités de Vinci sont au CES », Philippe Dewost, directeur de Leonard [CES 2018]

Mots clés : Entreprise du BTP - Innovations

Leonard, la jeune structure transverse de Vinci dédiée à l’innovation et à la prospective, organise pour la première fois une « learning expedition » composée de collaborateurs de toutes les entités du groupe. 

Dans quelle configuration le groupe Vinci se rend-il au CES ?

Plusieurs divisions du groupe souhaitaient se rendre au CES et étaient intéressées par des thématiques précises sur lesquelles elles travaillent avec leurs clients : smart city, énergie et réseaux… Leonard, la structure transverse de Vinci dédiée à l’innovation et à la prospective, organise cette année pour la première fois une « learning expédition » réunissant toutes les entités de Vinci, soit une douzaine de personnes en tout.

Sa particularité est d’amener une transversalité dans les thèmes : les expertises de chaque division peuvent et doivent nourrir celles des autres. Le CES est devenu une grand messe au sens propre, avec énormément d’innovations à découvrir, de conférences… Nous avons donc préparé des parcours pour chacun des collaborateurs présents et organiserons des « débriefs » collectifs quotidiens.  Toutes les informations recueillies seront partagées ultérieurement avec les équipes de Vinci.

 

Le CES est-il devenu un rendez-vous incontournable pour le BTP ?

Ce qui est certain, c’est que ce salon est devenu le premier rendez-vous mondial de l’innovation, et qu’il a éclipsé beaucoup d’autres événements. Il a l’avantage de se tenir en début d’année et va donner le ton pour les mois suivants. Il s’agit à l’origine d’un salon très « grand public » mais les sujets qui y sont traités, comme le Big Data ou l’intelligence artificielle, concernent de plus en plus nos univers B2B.

Nous sommes nous-mêmes confrontés à des sujets « grand public ». Les comportements des particuliers, lorsqu’ils sont usagers de nos infrastructures, par exemple, nous intéressent. Nous les utilisons simplement à une échelle différente. D’autre part, le BTP intègre de plus en plus la dimension « intelligence » dans ses propres métiers, par exemple dans le matériel au sens large : le tunnelier, aujourd’hui, devient un véritable data center. Les données sont partout. Elles seront demain omniprésentes. La capacité de les analyser avec intelligence est fondamentale pour l’avenir de nos métiers, à la fois dans un but d’optimisation mais aussi, par exemple, pour la prévention. Nos collaborateurs, sur les chantiers, détiennent tous un smartphone. Cela peut nous aider à améliorer nos process.

 

Quels thèmes vont monter en puissance au CES cette année, selon vous ?

Il y a d’abord, bien sûr, les objets connectés, qui entrent dans une nouvelle séquence, celle de l’industrialisation. Pour un groupe comme Vinci, ces objets sont aujourd’hui fondamentaux pour nous aider à monitorer nos chantiers, nos infrastructures… Ce monitoring s’appuiera aussi sur l’intelligence artificielle que je perçois aussi comme un outil de « dérisquage », par exemple pour la maintenance prédictive, l’exploitation intelligente de nos infrastructures ou un appui au facility management…    

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X