En direct

Une deuxième vie pour l'entrepôt parisien Macdonald
Futur visage de l'entrepôt Macdonald à Paris (19e) - © © FAAXDGA

Une deuxième vie pour l'entrepôt parisien Macdonald

Nathalie Moutarde, bureau Ile-de-France du Moniteur |  le 27/05/2010  |  LogementCollectivités localesArchitecture

L'entrepôt Macdonald à Paris XIXe, exceptionnellement ouvert au public les 28, 29 et 30 mai, fait l'objet d'un projet de reconversion hors normes. Presque aussi long que l'île Saint-Louis (617 m), il abritera, sur 165.000 m2, en 2014, équipements, bureaux, commerces, activités et logements.

Conçu à la fin des années 1960 par l'architecte Marcel Forest pour la société de fret SNTR Calberson, l'entrepôt Macdonald se déploie sur la rive sud du boulevard du même nom, au cœur de l'opération d'aménagement Paris Nord-Est. Cette zone de 200 hectares entre la porte de La Chapelle et la porte de La Villette, morcelée par les grandes infrastructures de transport (périphérique, boulevards des Maréchaux, faisceaux ferrés), accueille principalement de la logistique urbaine et des espaces servants.

Mur urbain

"Les investissements réalisés dans le passé sur ce territoire ont visé essentiellement à créer des lieux utiles à la gestion de la ville. On n'a pas montré beaucoup de considération pour la vie qui est venue s'installer là", remarque Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris, en charge de l'urbanisme et de l'architecture. Ce secteur représente donc un enjeu majeur pour la ville de Paris, en termes de renouvellement urbain, de cohésion sociale et de développement économique. En juillet 2006, la Sovafim (Société de valorisation des actifs ferroviaires immobiliers) mettant en vente l'entrepôt, la Semavip, l'une des SEM d'aménagement de la ville de Paris, propose de l'acquérir dans le cadre d'un tour de table. "Ce bâtiment se dresse comme un mur urbain face à la ZAC Claude-Bernard, note Marie-Anne Belin, directrice générale de la SEM. Nous ne voulions pas prendre le risque de voir le nouveau propriétaire maintenir l'activité de stockage."

Scindé en deux

Six mois plus tard, la SAS Paris Nord-Est (*) le rachète pour environ 125 millions d'euros. La Ville étant propriétaire du toit (occupé par une fourrière de la préfecture de police), la société lui cède, en échange, l'extrémité est du bâtiment pour la réalisation des équipements publics. En octobre 2007, la SAS Paris Nord-Est lance une consultation d'architectes coordonnateurs remportée par OMA (Rem Koolhaas-Floris Alkemade). "Nous leur avons donné 40 jours pour élaborer une stratégie", rappelle Bertrand Parcollet, directeur délégué d'Icade Foncier Développement. L'année 2008 est consacrée à la mise au point du master plan par Floris Alkemade, désormais associé à Xaveer de Geyter. En 2009, le travail se poursuit par des workshops avec les treize architectes "d'opérations". Le maître d'ouvrage a pris le parti d'une reconversion, motivé par les qualités formelles et constructives du bâtiment. L'entrepôt doit cependant être scindé en deux pour permettre le passage du tramway et assurer la liaison entre le boulevard Macdonald et la future gare du RER E Eole Evangile. Les concepteurs ont choisi d'élargir la faille (environ 50 m de largeur) pour aménager une place d'un demi-hectare. Une passerelle reliant les deux blocs préserve la continuité de la façade nord et l'aspect visuel. Pour absorber le programme établi par la Ville, la hauteur de l'entrepôt est doublée, de 13 m (deux niveaux de 6,30 m au-dessus d'un sous-sol) à 28 m, d'où le "double-mac". "Il y a quarante ans, Marcel Forest a su créer un bâtiment durable. Il a conçu une structure intérieure suffisamment forte pour supporter cinq à six étages supplémentaires", commente Floris Alkemade.

Patios et cour intérieure

Trop large (80 m) pour être réutilisé en l'état, l'entrepôt est partiellement évidé pour permettre la création d'une cour intérieure sur laquelle donnent les logements, et des patios autour desquels s'organisent les bureaux. Au final, 70% du bâtiment sont conservés. De grandes fenêtres urbaines apportent, elles aussi, de la lumière tout en dégageant des vues. Au nord, OMA crée une vraie façade, qui rend au boulevard Macdonald sa fonction d'artère urbaine ; au sud, la superstructure prend la forme de plots espacés. "Tous les logements ont leur adresse au rez-de-chaussée. Nous avons aussi beaucoup travaillé sur les liens visuels avec Paris", ajoute l'architecte. Démarrés en janvier dernier, les travaux de démolition battent leur plein car la faille pour le tramway doit être livrée en septembre-octobre. Les permis de construire (un par macrolot) en cours de finalisation sont accompagnés d'un dossier chapeau expliquant les grands principes de l'opération. La livraison devrait intervenir en décembre 2013, conformément au souhait du maire de Paris, soit juste un an après la mise en service du tramway.

(*) Société créée entre la Caisse des dépôts (50%), sa filiale Icade, via Icade Foncier Développement (30%), et la Semavip (20 %), dont la Caisse des dépôts est actionnaire à hauteur de 20%.

Commentaires

Une deuxième vie pour l'entrepôt parisien Macdonald

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur