En direct

Une crèche « utérine »

MARGOT GUISLAIN |  le 16/12/2011  |  Moselle

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Moselle
Valider
Equipement -

Nulle gratuité formelle dans cette réalisation étonnante, mais une approche fonctionnelle du programme qui se traduit par un bâtiment protecteur et protégé, imaginé comme une matrice accueillante.

Bénéficiant de la liberté formelle qu’autorise un bâti épars, les architectes Paul Le Quernec et Michel Grasso, auteurs de cette crèche située en zone industrielle de Sarreguemines (Moselle), ont imaginé ici une architecture organique, inspirée des organes sexuels féminins… La « Bulle enchantée » - c’est son nom - se veut « utérine ». Enveloppée d’un mur d’enceinte, on y accède par une entrée qualifiée de « vaginale » par ses concepteurs : une voûte en béton projeté qui s’étrécit progressivement, de l’extérieur vers l’intérieur, passant de 6 m de hauteur pour arriver à 2,10 m en plafond, niveau de référence dans les espaces destinés aux tout-petits. « Il faut sentir un temps de pénétration dans le bâtiment. On ne dépose pas son enfant à la crèche comme un colis à la poste », insiste Paul Le Quernec.

Courbes et contre-courbes

A l’intérieur, le programme se répartit autour d’un patio central, lui-même entouré d’une circulation en anneau. Administration, locaux du personnel, sections des grands, des moyens et des petits disposent de leur préau individuel ouvert sur le jardin périphérique. Sécurité et surveillance étant les deux mamelles d’une crèche, la transparence du patio autorise des vues panoptiques et l’organisation rayonnante du plan a pour effet de ramener vers le centre du bâtiment les enfants égarés. Deux atouts qui ont convaincu un jury de concours plus que circonspect de prime abord, qui avait même cru à un canular !
Et pour réaliser ce bâtiment en courbes et contre-courbes, rien que des matériaux ordinaires : briques, blocs-béton, plâtre… Ainsi, pour obtenir sans facettage disgracieux les rayons de courbures des murs périphériques, les briques Monomur ont été redécoupées en largeur, appareillées, recouvertes de plaques de polystyrène parfaitement jointives, puis enduites. A l’intérieur, murs et plafonds ont simplement été construits avec des ossatures cintrées en bois, supports de plaques de plâtre. Un peu à la manière de coques de bateaux.

PHOTO - 601800.BR.jpg
PHOTO - 601800.BR.jpg - ©
DESSIN - 601792.BR.jpg
DESSIN - 601792.BR.jpg - © Photos et document : paul le Quernec - Michel grasso
PHOTO - 601802.BR.jpg
PHOTO - 601802.BR.jpg - ©
Fiche technique

Maître d’ouvrage : communauté d’agglomération Sarreguemines Confluences. Maîtrise d’œuvre : Paul Le Quernec, architecte mandataire. Michel Grasso, architecte associé. Jost (TCE), HN Ingénierie (structure), Ecotral (restauration), François Liermann (développement durable), Ingemansson (acoustique), E3 Economie (économiste), BET. Principales entreprises : Colas (terrassements), Cristini (gros œuvre), Haller (charpente en bois), BST (couverture-étanchéité), Szymanski (isolation, enduits et façades), Ergenekon (plâtrerie). Surface : 1 350 m 2 Shon. Montant des travaux : 2,40 millions d’euros HT. Label : THPE.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur