En direct

Une clinique au château de Caradoc

bertrand escolin |  le 04/07/2014  |  Collectivités localesBâtimentFrance entièrePyrénées-AtlantiquesTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Bâtiment
France entière
Pyrénées-Atlantiques
Technique
ERP
Valider
BAYONNE -

Sur les hauteurs de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), l’ancien château de Caradoc (XIX e siècle) va se transformer en clinique psychiatrique privée. Sandrine Gonon, architecte de l’agence lyonnaise Xanadu, explique l’origine du projet : « Je venais de finir une clinique psychiatrique à Chambéry, et j’ai été contactée par trois associés pour le regroupement des cliniques Chantegrit et Cambo à Bayonne. » Racheté à la Ville, le château de Caradoc, inséré dans un vaste parc, est le lieu choisi pour ce projet mené au pas de charge.

Eviter l’effet pastiche

« Le château a été choisi en mars 2013, et nous avons déposé le permis en août 2013, avec un double travail sur le programme et l’architecte des Bâtiments de France pour restaurer le château sans brusquer sa disposition, ni créer un pastiche de l’existant », raconte l’architecte. Le programme prévoit 110 lits d’hébergement, 7 800 m 2 , un hôpital de jour de 15 lits, un service de nuit de 10 lits et une balnéothérapie. Le bâtiment en forme de H, avec vue sur jardin respecte les proportions du château qui le jouxte. « Nous avons opté pour l’Eternit qui rappelle l’ardoise ancienne, par son aspect mat, détaille l’architecte. L’aspect est volontairement contemporain, pour éviter tout effet de pastiche, et, conformément au souhait de la Ville et des clients, la bibliothèque, la chapelle et l’espace commun du château ont été conservés. Ils seront même accessibles aux associations. » La structure en facettes assure l’ouverture et la vue d’un maximum de chambres sur le paysage du parc et sur la ville de Bayonne. La liaison entre les deux parties s’effectue par une sorte de galette semi-enterrée avec des verrières, dans laquelle prennent place la balnéothérapie et la circulation principale. Le parement en mur de pierre l’intègre dans le paysage. L’agencement intérieur est particulièrement soigné - mains courantes en bois, mobilier moderne - avec cuisine sur place (en self), « pour éviter tout ce qui se rapproche de l’ambiance hospitalière, car les pensionnaires sont ici dans un parcours volontaire de 30 jours », explique l’architecte. Livraison prévue fin 2015. Coût des travaux : 10 millions d’euros HT.

PHOTO - 800963.BR.jpg
PHOTO - 800963.BR.jpg - © XANADU ARCHITECTES

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur