Immobilier

Une charte pour la rénovation des appartements vides et anciens

La Chambre des Experts Agréés, Communauté Européenne (CEACE) a profité du Salon de la Maîtise d’oeuvre qui s’est tenu à Strasbourg les 25 et 26 septembre derniers, pour proposer et déposer un projet de charte auprès de Christine Boutin pour favoriser la remise en location des logements vides et anciens ne répondant plus aux normes d’habitabilité. Objectif : associer la mobilisation et le savoir-faire des experts de la CEACE pour rénover et louer les biens et un financement cautionné par une délégation de loyer.

La CEACE (Chambre des Experts Agréés, Communauté Européenne) est partie d’un constat tout simple : aujourd’hui en France le logement se trouve face à un paradoxe ennuyeux :
– d’un côté, une offre locative insuffisante et une offre en matière d’accession à la propriété rare et chère ;
– de l’autre, un nombre croissant de logements anciens et inoccupés, tout particulièrement dans les centres villes.
Pour répondre à ce paradoxe, la CEACE a imaginé un certain nombre de solutions. “Dans l’intérêt général, afin de répondre aux préoccupations actuelles et urgentes de pénurie de logements, nous pensons que l’alternative de la rénovation offre un gain important par rapport à la construction neuve à la fois en terme de délais et de coût », explique Liliane Estève, Présidente de la CEACE.

L’engagement des experts de la rénovation à la location
« Par leur savoir-faire, leur qualification et leur sérieux cautionné par notre Chambre, nos membres experts spécialisés dans les domaines du bâtiment, du financement et de l’immobilier peuvent jouer un rôle efficace en conseillant [les propriétaires de logements anciens dégradés], en apportant une solution financière et en les accompagnant durant toutes les étapes de la rénovation jusqu’à la location du bien.”
Pour garantir le succès de chaque opération, la CEACE va mettre en place des pôles d’Experts régionaux réunissant les compétences complémentaires des professionnels spécialisés dans ces domaines.
Pour chaque dossier, un responsable référant serait désigné afin de coordonner l’ensemble des intervenants et de rendre compte de la mission à tous les acteurs concernés : propriétaire, banquier et locataire. Une mission qui ferait l’objet d’un forfait calculé au plus juste, de façon à favoriser la faisabilité des opérations. Côté financement, les travaux seraient pris en charge directement par les banques avec, en caution, une délégation de loyers pour une durée correspondante au montant des travaux.

Une charte avec l’Etat pour plus de légitimité
“A l’heure où les ménages à revenus faibles et intermédiaires n’arrivent plus à se loger, soutenir le développement de logements locatifs accessibles, ce défi est national et pour le réussir, nous avons vraiment besoin de l’appui de l’Etat », continue Liliane Estève. « Seule la signature d’une charte avec le Ministère de la Ville et du Logement peut apporter la légitimité officielle nécessaire pour convaincre et emporter l’adhésion et la mobilisation de tous. Et compte tenu de l’urgence de la situation, la signature au plus vite de cette charte serait la bienvenue !”

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X