En direct

Une centrale d’enrobage rémoise se convertit à l’enrobé tiède
PHOTO - 707120.BR.jpg - © Frédéric MArais

Une centrale d’enrobage rémoise se convertit à l’enrobé tiède

Frédéric Marais |  le 29/03/2013  |  TransportsChausséeMarneGros œuvreVRD

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Chaussée
Marne
Gros œuvre
VRD
Valider
Installation fixe -

Deux décennies après sa mise en service, la centrale d’enrobage de Reims Enrobés, propriété d’un groupement d’intérêt économique (GIE) formé par Colas, Eiffage et Eurovia, fait évoluer son processus industriel. Cette centrale continue de la marque Ermont, dotée d’un tambour sécheur avec anneau recycleur, vient d’être équipée d’un kit de même marque, permettant la fabrication d’enrobés tièdes. « L’objectif est de réduire nos consommations d’énergie et d’économiser 10 % de gaz sur cette partie de notre production, explique Éric Hardy, gérant administratif de Reims Enrobés. Pour ce faire, nous diminuons la température de chauffe du mélange granulats/bitume de 30 °C. Mais en passant de 170 °C à 140 °C, l’enrobé devient moins maniable. » La solution : greffer une ligne de « dope » sur l’installation. Elle permet d’injecter un additif liquide dans le mélange, au niveau de la canne d’injection du bitume. « Il s’agit d’un groupe de dosage de deux composants, constitué de deux cuves de 1 000 l chacune, munies de deux pompes doseuses avec débitmètre », détaille Éric Hardy. La solution chimique a été privilégiée par les services techniques de l’entreprise, car elle bénéficie d’un retour d’expérience plus important que d’autres solutions comme la fabrication d’enrobé à partir de mousses de bitume. Pour faire fonctionner l’ensemble, il a fallu également adapter l’automatisme de la centrale afin d’obtenir une gestion fine des séquences d’injection d’additif et d’enrobage. Reims Enrobés a investi quelque 50 000 euros dans ce nouvel équipement. Si l’objectif de l’entreprise est de produire à terme quasiment 100 % d’enrobé tiède, le succès de l’opération dépendra du bon vouloir des maîtres d’ouvrage et des maîtres d’œuvre. « Il faut encore les convaincre de l’intérêt de l’enrobé tiède, en particulier en termes de confort pour les salariés, observe le gérant. Pour l’heure, sa fabrication nous coûte 1 euro de plus à la tonne, mais nous le vendons au même prix que l’enrobé classique. » La centrale rémoise affiche une capacité de production de 250 t/h et produit 125 000 t d’enrobé par an. L’installation est munie de six trémies calorifugées pouvant stocker jusqu’à 200 t d’enrobé. Sa zone de chalandise s’étend à 40 km autour de Reims.

PHOTO - 707120.BR.jpg
PHOTO - 707120.BR.jpg - © Frédéric MArais

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur