En direct

Une ambition décloisonnée

le 24/02/2012  |  Collectivités localesFrance entièreBas-RhinVosges

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
France entière
Bas-Rhin
Vosges
Valider

Pour concilier la préservation du patrimoine et la rénovation thermique, le Laboratoire régional des Ponts et Chaussées (LRPC) de Strasbourg coordonne depuis l’été 2011 une étude régionale qui constitue en elle-même une petite révolution culturelle. « Ce travail découle du décloisonnement entre les politiques de l’habitat, de l’énergie et de l’urbanisme », se réjouit Guillaume Durousseau, chargé du plan Bâtiment Grenelle à la direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (Dreal) d’Alsace. À ce décloisonnement interne, s’ajoute la double maîtrise d’ouvrage de l’étude, qui associe l’ex-direction régionale de l’Équipement et la direction régionale des Affaires culturelles. Les deux commanditaires partagent l’ambition d’un diagnostic et d’une boîte à outil que s’approprieraient l’ensemble des professionnels concernés.

32 % du parc alsacien

La dimension urbaine des rénovations thermiques patrimoniales apparaît dès la phase de diagnostic en cours, qui commence par l’élaboration d’une typologie de huit familles d’immeubles d’habitation construits avant 1948, représentant environ 286 500 logements - soit 32 % du parc alsacien. Avant les critères liés aux modes constructifs et aux matériaux, cette typologie pointe les caractéristiques de l’implantation, isolée ou accolée. L’étude tiendra également compte des « Schlupf », ces interstices étroits qui séparent de nombreux immeubles alsaciens traditionnels.

Dès cette phase, qui se déroulera de juillet 2011 à septembre 2012, le Laboratoire régional, rattaché au centre d’études techniques de l’équipement de l’Est, s’appuie sur l’expertise patrimoniale de l’agence d’architecture strasbourgeoise Oziol-De Micheli. L’ambition d’une mutualisation des connaissances se traduit par de nombreux partenariats en cours de formalisation avec les deux grandes agglomérations alsaciennes, la région, les départements, le pôle Energivie, les parcs naturels régionaux, l’association régionale des organismes HLM (Areal)… Les échanges d’informations permettront au LRPC de tenir compte d’autres études en cours sur des thèmes voisins, en particulier au sein du parc naturel régional des Vosges du nord et de l’Areal. « En aval, nous solliciterons également les organisations professionnelles du bâtiment », ajoute Alice Lejeune, chargée de la ville durable et de l’habitat au sein du service énergie­, climat, logement et aménagement de la Dreal. De l’été 2012 à la fin 2013, la phase deux de l’étude porte sur l’élaboration d’un référentiel de solutions de réhabilitations.

« Il serait vain de systématiser la basse consommation pour toutes les rénovations. Il faut en revanche se poser la question de savoir jusqu’où il est pertinent de marier performance énergétique et patrimoine, en gardant à l’esprit le fait que dans la plupart des cas, les bâtiments anciens proviennent de matériaux locaux et sains », précise Georges Kuntz, directeur du LRPC. La nécessité de cette recherche décloisonnée résulte de l’identification des risques associés à une approche exclusivement thermique : les matériaux anciens ne résistent pas forcément à l’humidité.

L’étude régionale s’appuie sur cinq ans d’expertise accumulés au plan national par le LRPC, désigné comme « pôle de compétence et d’innovation » dans le domaine Énergie et bâti ancien. Une première étude finalisée en 2007 a démontré les performances thermiques honorables du patrimoine d’avant 1948, par comparaison aux constructions des Trente glorieuses. Co-lauréat d’un appel à projets de l’Agence nationale de la recherche aux côtés du Centre scientifique et technique du bâtiment, le LRPC engage quatre ans de travaux sur les matériaux adaptés à la rénovation, dans le cadre du programme Humibatex.

PHOTO - Woerth.eps
PHOTO - Woerth.eps - © alice jejeune
PHOTO - BURGHOLZER Julien_mars2011.eps
PHOTO - BURGHOLZER Julien_mars2011.eps - © cete
Julien burgholzer, chef du groupe construction au laboratoire régional des ponts et chaussées de strasbourg Définir les bouquets de travaux adaptés

La première phase de l’étude « Habitat ancien en Alsace : énergie et patrimoine » permettra de transposer et d’affiner sur le parc alsacien les recherches que nous avons menées à bien en 2007 sur un échantillon national d’immeubles construits avant 1948. Nous nous appuierons sur le suivi de mesures de consommation In Situ, sur des tests d’étanchéité à l’air et des détections de fuite par caméras infrarouges. La phase de modélisation cherchera à déterminer les bouquets de travaux adaptés à chaque technologie, croisée avec les possibilités économiques et l’étude des comportements réels des usagers.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur