En direct

Une aide aux TPE/PME du BTP pour l’acquisition de matériels anti-accidents
Les grues à montage automatisé constituent l’équipement de sécurité le plus cher qui peut bénéficier de l’aide?: 60 000 euros, subventionnables à hauteur de 24 000 euros. - © © Frédéric Dollé – Carsat Alsace-Moselle

Une aide aux TPE/PME du BTP pour l’acquisition de matériels anti-accidents

Christian Robischon (Bureau de Strasbourg du Moniteur) |  le 12/10/2016  |  PME du BTPEntreprisesHygièneImmobilierTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

PME du BTP
Qualité
Entreprises
Hygiène
Immobilier
Technique
Valider

A l’attention des PME du BTP, l’assurance-maladie débloque, pendant un an, une aide spécifique à l’acquisition de matériels de prévention des accidents du travail.

Avec le transport routier, la restauration et les garages automobiles, le BTP constitue l’un des quatre secteurs bénéficiaires de ce dispositif qui associe la Caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) à l’Institut national de recherche et sécurité (INRS). Formellement, l’aide «Bâtir+» a été conçue pour les maçons, «mais elle est ouverte en fait aux autres corps de métier, pour des tailles d’entreprise jusqu’à 49 salariés», précise Jacques Balzer, ingénieur-conseil à la Carsat Alsace-Moselle, qui pilote le volet BTP de l’initiative à l’échelle nationale.

Une aide de 40 ou 50%

L’aide couvre 40% de la dépense d’investissement pour sept équipements, parmi lesquels les planchers provisoires d’obturation des trémies, les passerelles d’accès et de franchissement, une table à maçonner motorisée, ainsi qu’une grue à montage automatisé, le matériel le cher du «catalogue» (environ 60 000 euros) correspondant également au montant plafond de l’aide, soit 25 000 euros.

Les passerelles d’accès font partie des équipements éligibles à l’aide «Bâtir+».
Les passerelles d’accès font partie des équipements éligibles à l’aide «Bâtir+». - © © Jacques Balzer – Carsat Alsace-Moselle

Le choix cible logiquement à la prévention des deux principaux facteurs de risque du BTP, les chutes de hauteur et les manutentions manuelles. «Ils représentent les deux tiers des dépenses de réparation des accidents du travail et des maladies professionnelles, et la proportion monte à 80% chez les maçons» rappelle Jacques Balzer.

Un exemple de protection collective de zone à risque de chute sur chantier.
Un exemple de protection collective de zone à risque de chute sur chantier. - © © Jacques Balzer – Carsat Alsace-Moselle

Mais l’initiative s’élargit également à l’hygiène sur chantier. Ce sujet souvent négligé avait été mis à jour par un chantier expérimental de prévention de la Carsat d’Alsace-Moselle qui a débouché l’an dernier sur un «socle national de bonnes pratiques» de prévention en construction de maison individuelle. Ainsi, l’aide «Bâtir+» passe de 40% à 50% si l’entreprise ou l’artisan s’équipe en outre d’un bungalow de chantier faisant office de vestiaire, réfectoire et sanitaires.

Téléchargeable, le dossier peut être retiré dès à présent, jusqu’à l’été prochain.

Commentaires

Une aide aux TPE/PME du BTP pour l’acquisition de matériels anti-accidents

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Date de parution : 09/2020

Voir

Jean Prouvé - 5 maisons sur mesure

Jean Prouvé - 5 maisons sur mesure

Date de parution : 09/2020

Voir

Villes et territoires de l’après-pétrole 

Villes et territoires de l’après-pétrole

Date de parution : 08/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur