En direct

Un vaisseau d’aluminium atterrit à Lille-Sud
Façade Est - © © Paul Raftery

Un vaisseau d’aluminium atterrit à Lille-Sud

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI |  le 07/07/2011  |  ArchitectureRéalisationsNord

Symbole du renouveau du quartier, le centre social de l’Arbrisseau, signé des architectes Benjamin Colboc, Manuela Franzen, et Arnaud Sachet dresse sa silhouette futuriste au cœur d’un environnement ingrat.

A Lille-Sud, dans le quartier de l’Arbrisseau - pudiquement qualifié « d’hétérogène » - un bâtiment aux allures de vaisseau spatial (27 m sur 27) carrossé d’aluminium, semble s’être posé au beau milieu d’un environnement urbain décousu et déshérité, à proximité d’une piscine-Tournesol vintage des années 1970. Symbole de la renaissance du quartier, ce « centre social » tout juste inauguré abrite PMI (Protection Maternelle et Infantile), centre de loisirs, espace 6-12 ans, espace 12-16 ans, espace adultes, administration, logement de fonction, terrasses et locaux divers. Un programme « pour tous les âges de la vie », conçu et pensé en étroite concertation avec ses futurs usagers qui souhaitaient y trouver une salle de prêt (réalisée), un… aquarium (installé derrière la banque d’accueil) et un arbre (pour enraciner la symbolique de leur quartier). Ce dernier prend métaphoriquement place au cœur de l’édifice, sur 12 m de hauteur : un « arbre de béton » dont les ramures se déploient en desservant à chaque niveau une terrasse et, à sa cime, un belvédère en surplomb du paysage.

Auto-équilibre

Isolation renforcée, raccordement au chauffage urbain, inertie thermique garantie par les dalles et le noyau en béton armé, vitrages hautes-performances, puits canadien, ventilation double-flux et panneaux photovoltaïques contribuent à faire de  ce bâtiment un modèle de vertu énergétique : 48,68 kWh ep/m2.an. Ceint d’un vaste jardin en pied, l’ensemble du programme, qui accueillera ses premiers utilisateurs en septembre 2011, s’enroule en spirale, autour d’un atrium central, sur trois étages. Une structure mixte béton-acier qui joue entre auto-équilibre et porte-à-faux, intégralement modélisée par ordinateur, et qui repose sur un radier de fondation. L’atrium accueille les services et les noyaux de circulation. Zébré de poutres structurelles, découpé de baies triangulaires ou trapézoïdales et parcouru par les volées d’escalier qui l’enveloppent, il reçoit la lumière de l’extérieur au travers des « branchages » de béton qui le portent. A l’extérieur, un deck en bois propose, à chaque étage, une terrasse extérieure. Sur le toit, le belvédère offre un panorama sur le quartier de l’Arbrisseau et, au-delà, vers le beffroi de la mairie de Lille. Si loin, si proche…


Deck
Deck
Atrium central
Atrium central

Commentaires

Un vaisseau d’aluminium atterrit à Lille-Sud

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur