En direct

Un tunnel qui change de particules

Florent Lacas |  le 12/04/2013  |  Ouvrage d'artIsèreFrance entièreBâtiment

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ouvrage d'art
Isère
France entière
Bâtiment
Valider

Le moniteur N° 4924 du 10 avril 1998

Le collisionneur du Centre européen de recherches nucléaires (Cern), en 1998, entame sa mue. Son objectif : passer du statut de collisionneur électron/positon (LEP) à celui de collisionneur de hadrons (LHC). Pour cela, il s’agira de vider de tous ses équipements le tunnel de 27 km de circonférence. Puis de les remplacer par de nouveaux, plus performants. « Le passage du LEP au LHC va entraîner le remplacement de plusieurs milliers de kilomètres de câbles, indique alors Joseph Belligoi, directeur de l’agence Spie Trindel Sud-Est. Des travaux électriques vont être engagés pour deux ans. » Sur le plan du génie civil, des ouvrages souterrains supplémentaires vont devoir être bâtis. « Au total, 6,5 km de tunnels, six puits et 32 cavernes à excaver, soit 420 000 m 3 de matériaux », précise le magazine. La passation du marché a répondu aux règles du Bureau international du travail. « Dans les faits, le moins-disant prévaut, mais les autorités tentent de maintenir des équilibres entre les différentes nationalités, explique “ Le Moniteur . Ce qui justifie, par exemple, qu’actuellement les Anglais soient souvent retenus, et les Français, moins, après une période faste. »

Réduire la pénibilité en entreprise

De 1995 à 1997, la caisse régionale d’assurance-maladie (Cram) Rhône-Alpes a travaillé avec 60 entreprises de la construction pour trouver des moyens de diminuer les manutentions manuelles. Ces manipulations constituent la première cause des affections lombaires. « Un risque diffus, banal, voire invisible », estime Yves Gary, du service prévention de la Cram. La société Rainero, entreprise générale basée à Voiron (48 salariés), s’est ainsi engagée dans une chasse aux manutentions inutiles. « Conséquences : étais, bastaings, poutrelles sont transportés par grue dans des paniers ; le matériel nécessaire au décoffrage des murs est stocké dans des caisses ad hoc directement fixées à hauteur d’hommes aux banches », détaille « Le Moniteur ». Cette nouvelle organisation du travail engendre des gains de sécurité, mais aussi des gains de temps. C’est, en outre, selon les mots mêmes du directeur de Rainero, « un bon outil de management ». « Il s’agit de persuader plutôt que de contraindre les entrepreneurs, rappelle Dominique Chiaroni, secrétaire général de la fédération du BTP de l’Isère, partenaire de l’opération. Outre l’enjeu humain, la sécurité permet de gagner de l’argent. »

Record du monde de pont suspendu

Le 5 avril 1998 voit l’inauguration du pont Akashi Kaikyo, joignant les îles japonaises de Honshu et Awaji. Sa longueur (3 911 m) en fait, alors, le premier pont suspendu du monde. « Les travaux ont duré dix ans, en ayant été interrompus par le tremblement de terre de Kobé, en janvier 1995, raconte « Le Moniteur ». Le chantier a consommé 1,42 million de m 3 de béton et 200 000 t d’acier. Il est capable de résister à des séismes d’une intensité de 8,5 sur l’échelle de Richter. » Coût de l’équipement : 60 milliards de francs (9,1 milliards d’euros).

PHOTO - 715607.BR.jpg
PHOTO - 715607.BR.jpg - ©
PHOTO - 715606.BR.jpg
PHOTO - 715606.BR.jpg - ©
PHOTO - 715605.BR.jpg
PHOTO - 715605.BR.jpg - ©

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur