En direct

Un Technoparc autonome en énergie pour 2020
La peau métallique en brise-soleil donne au bâtiment une identité en lien avec sa vocation innovante. - © GREENWICH0013

Un Technoparc autonome en énergie pour 2020

Orianne Dupont |  le 28/09/2018  |  ArchitectureCharenteDéveloppement durablePhotovoltaïque

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Architecture
Charente
Développement durable
Photovoltaïque
Valider

Charente -

D 'ici à quelques semaines vont commencer les travaux du Technoparc au sein du parc d'activités du Grand-Girac, à Saint-Michel (Charente), à l'ouest d'Angoulême. Ce bâtiment de 2 500 m2 , autonome en énergie, est réalisé par l'agence d'architecture Greenwich0013. Innovant, il sera équipé d'un système de stockage d'énergie solaire sous forme d'hydrogène par Nexeya, société installée à La Couronne (Charente), en partenariat avec le CEA Tech.

Couvrir 99 % des besoins en électricité. « On accompagne l'innovation et on permet l'industrialisation du produit, explique Jean-François Dauré, président du Grand Angoulême. Le stockage de l'énergie est l'enjeu des années à venir pour la transition énergétique. » Le bâtiment, qui accueillera au premier semestre 2020 des entreprises portées sur la recherche, l'innovation et le transfert de technologies, produira l'énergie nécessaire pour couvrir 99 % des besoins (hors chauffage et climatisation) grâce au stockage de l'énergie solaire sous forme d'hydrogène.

« L'énergie photovoltaïque sera autoconsommée, et le surplus valorisé, explique Loïc Carré, responsable des programmes énergie chez Nexeya. Une partie est stockée dans les batteries pour répondre aux besoins ponctuels de puissance, et le reste est transformé à l'aide d'un électrolyseur en hydrogène, qui peut être stocké pendant plusieurs mois. L'hydrogène est ensuite lui-même transformé en électricité grâce à une pile à combustible. L'ensemble est piloté par un système intelligent. C'est une première pour un bâtiment de cette taille. » Le coût total du projet s'élève à 6 M€, financés par le Grand Angoulême (1,3 M€), le fonds européen Feder (2,6 M€) et l'Etat (2,1 M€).

Développer une filière hydrogène. Cette étape marque le début d'une démarche initiée par la collectivité pour mettre en place une filière et faire d'Angoulême un précurseur dans le domaine du stockage d'énergie. Des échanges avec des établissements de formation dans le bâtiment sont en cours pour créer de nouvelles qualifications. Labellisée Territoire à énergie positive (Tepos), la communauté d'agglomération a pour ambition de couvrir 30 % de la consommation par des énergies renouvelables en 2030.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur