En direct

Un système de mise en veille pour engins de chantier

Gilles Rambaud |  le 29/11/2013  |  ÉvénementMatériel de chantier

Consommation -

Les systèmes de mise en veille des moteurs thermiques (plus connus sous leur nom anglais de stop and start) sont aujourd’hui courants dans les automobiles. Étrangement, ils n’étaient pas proposés pour les engins de chantier. Une raison à cela : leur manque de performance. « Ce sont des systèmes électriques qui font souffrir les démarreurs et vident rapidement les batteries », explique Philippe Durand, responsable commercial chez Bosch Rexroth. Lui a trouvé une solution : un système de démarrage hydraulique. Pour que ce système fonctionne, l’engin doit posséder au moins une pompe à cylindrée variable susceptible de se transformer en moteur hydraulique quand on inverse le flux d’huile  on parle alors de cylindrée négative. « C’est le cas de la plupart des pompes de type load sensing installées dans les machines modernes. Il n’y a donc pas lieu n’en changer, ni d’en ajouter une autre », souligne Philippe Durand, qui voit dans cette prédisposition des machines à recevoir son système la clé du succès. Seuls s’ajoutent un accumulateur dans le circuit hydraulique, une électrovanne et quelques lignes en plus dans le logiciel de pilotage du moteur. Ce paramétrage est du ressort du fabricant de la machine qui va décider quand le moteur s’arrêtera automatiquement et quelles actions vont provoquer son redémarrage.
À ce moment-là, ce n’est pas le démarreur électrique qui sera sollicité, mais l’huile sous pression stockée dans l’accumulateur qui va faire tourner la pompe, elle-même entraînant le vilebrequin du moteur qui, du coup, redémarre. « Nous avons chronométré le temps de redémarrage à froid d’un moteur de 200 kW. Il lui faut entre 700 et 800 millisecondes pour repartir. » L’avantage de ce système est qu’il peut sans difficulté effectuer des centaines de redémarrages par jour, ce que les batteries d’un démarreur électrique ne permettent pas. Le fabricant allemand de chargeuses sur pneus Atlas Weyhausen est le premier à avoir monté ce système Bosch Rexroth dans l’une de ses machines. L’arrêt automatique du moteur diesel est une source d’économie d’énergie très importante pour les engins de chantier, ceux-ci fonctionnant très (trop ?) souvent au ralenti.

PHOTO - 760546.BR.jpg
PHOTO - 760546.BR.jpg

Commentaires

Un système de mise en veille pour engins de chantier

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur