En direct

Un système constructif modulable à l’épreuve du temps

Aline Gillette |  le 24/08/2012  |  ArchitectureBâtimentEuropeERP

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Bâtiment
Europe
ERP
Valider
Feuilleton 7/7 -

Pour l’extension de l’Université libre de Berlin, Jean Prouvé eut du mal à imposer ses vues en tant qu’ingénieur-conseil. Le système constructif modulable qu’il propose s’avère difficile à réaliser et certains choix techniques, inadaptés. De la structure aux façades, puis à la rénovation par Foster, récit d’une construction à la fois avant-gardiste et chaotique.

«Il ne faut pas dessiner d’utopies, car l’évolution n’est possible que par la construction », déclarait, dans un cours au Conservatoire national des arts et métiers, le constructeur Jean Prouvé, qui appelait aussi à plus de dialogue entre les métiers de conception et de construction. Pour l’extension de l’Université libre de Berlin, ce pari a été difficile à tenir. Car si le trio d’architectes Candilis-Josic-Woods s’entoure dès 1963 des conseils de Jean Prouvé, ce dernier ne verra ses desseins qu’en partie réalisés. Shadrach Woods veut faire de cette extension un manifeste de l’enseignement moderne : plutôt qu’une architecture monumentale, son « système de rues intérieures qui organise des espaces variables en un seul bâtiment » (1) se veut un outil flexible, non hiérarchisé et apte à susciter des échanges. Le système constructif doit incarner cette flexibilité. Le concours spécifique pour la structure, en 1966, requiert des éléments « démontables, récupérables et réutilisables ». Bien que participant à la maîtrise d’œuvre, Jean Prouvé y répond, aux côtés d’une entreprise, par une solution en charpente acier : trame croisée de poutrelles ajourées, portées par des « tabourets » à dimension variable, permettant des extensions dans les deux directions. La réalisation, qui s’en inspire, reviendra cependant à une entreprise allemande. Deux ans plus tard, Prouvé remporte le marché des façades : entre des bandes horizontales fixes et des profils verticaux calés sur les proportions du Modulor de Le Corbusier, s’insèrent des éléments modulables (vitres, cloisons). Woods y reconnaît « une richesse appréciable dans les dimensions des pièces ». Mais l’assemblage, prévu de façon industrielle, se fait artisanalement, en raison de nombreux composants et du décalage entre les mesures du Modulor et la trame constructive de 60 cm. Le choix d’un parement en acier autopatinable (l’alliage Corten, de la US Steel Corporation, qui s’oxyde dès la pose) vaudra à l’édifice le sobriquet de « Rostlaube », la tonnelle rouillée. Des problèmes d’étanchéité et de surchauffe font opter, dès la seconde tranche, pour un revêtement en aluminium. Jean Prouvé et la CIMT apportent leurs conseils pour les plafonds surbaissés et les cloisons intérieures, sans les réaliser. La seconde phase voit enfin l’abandon des proportions du Modulor.

Flexibilité testée grandeur nature

Trente ans plus tard, la rénovation est l’occasion d’éprouver la flexibilité du bâtiment. L’équipe de l’architecte Norman Foster, chargée de restaurer les façades de la Rostlaube et d’insérer une bibliothèque de 6 290 m² dans la trame serrée du campus, témoigne : « Malgré la volonté de conserver le système constructif et les mesures Modulor, il a été difficile de reconvertir les éléments démontés pour installer la bibliothèque, explique Ulrich Halmann, chargé de projet. Seuls 30 % des éléments ont été réemployés. Le reste, abîmé, s’est brisé lors du démontage. » Outre le désamiantage (6 000 m 3 retirés), la restauration des terrasses et un travail d’isolation, l’agence a remplacé l’intégralité des panneaux en Corten par du bronze, qui « patiné avec le temps, devrait se rapprocher de la couleur d’origine », estime Ulrich Halmann. Le maître d’ouvrage a aussi relayé la demande des facultés de mieux marquer leurs espaces, faisant fi de l’indifférenciation souhaitée à l’origine. A croire que tout était bon à jeter, du concept aux choix constructifs. Les idées du quatuor Candilis-Josic-Woods-Prouvé étaient-elles en 1997 trop avant-gardistes ?

PHOTO - 657430.BR.jpg
PHOTO - 657430.BR.jpg - © Centre Pompidou, Biblio. Kandinsky, Fonds Prouvé / jean prouvé / adagp paris 2012
PHOTO - 657431.BR.jpg
PHOTO - 657431.BR.jpg - © Centre Pompidou, Biblio. Kandinsky, Fonds Prouvé / jean prouvé / adagp paris 2012
PHOTO - 657443.BR.jpg
PHOTO - 657443.BR.jpg - © SIAF / Cité de l’architecture et du patrimoine / Archives d’architecture du XX e siècle / jean prouvé / adagp paris 2012
PHOTO - 657434.BR.jpg
PHOTO - 657434.BR.jpg - © Reinhard Görner / ARTUR IMAGES / jean prouvé / adagp paris 2012
FICHE TECHNIQUE

CONSTRUCTION. Maîtrise d’ouvrage : Senator für Bau- und Wohnungswesen, Berlin-Ouest. Maîtrise d’œuvre : G. Candilis, A. Josic, S. Woods, M. Schiedhelm, architectes ; J. Prouvé, S. Mulcahy, conseillers. Calendrier : 1963, concours général ; 1966, concours structure ; 1969-1971, concours façades et cloisons. Entreprises : Krupp-Druckenmüller, F. Krupp Universalbau (structure). Ernst Hopp/CIMT Lorraine (façades et cloisons). RESTAURATION. Maîtrise d’ouvrage : Senator für Stadtentwicklung, Berlin. Maîtrise d’œuvre : Foster & Partners, architecte ; Pichler Ingenieure, structure ; Schmidt Reuter Partner/PIN Ingenieure, mécanique ; IFFT Karlotto Schott, façades ; Büro Peters, désamiantage. Calendrier : 1997, concours ; 1999, début du désamiantage et de la restauration ; 2001-2005 : construction de la bibliothèque. Coût : 59,3 millions d’euros TTC (18,5 millions pour la bibliothèque, 40,8 millions pour les instituts). Entreprises : Mero-TSK, enveloppe ; Glass Ingenieurbau Leipzig, structure.

(1) « La Construction moderne », sept.-oct. 1969, pp. 28-33.

Cet article fait partie du dossier

Prouvé

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur