En direct

 «  Un salarié n’est pas tenu de dire à son employeur s’il est cas contact ou positif au Covid», Michel Ledoux, avocat
Michel Ledoux, avocat au cabinet Ledoux et associés.- © Cabinet Ledoux et associé

« Un salarié n’est pas tenu de dire à son employeur s’il est cas contact ou positif au Covid», Michel Ledoux, avocat

Propos recueillis par Caroline Gitton |  le 14/01/2022  |  France PréventionCoronavirusArtisans

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Prévention
Coronavirus
Vie du BTP
Artisans
Valider

Gestion des cas contact et des cas positifs, futur passe vaccinal, protection contre la contamination… Michel Ledoux, avocat au cabinet Ledoux et associés, indique la marche à suivre aux chefs d’entreprise du BTP.

 

Que peut se permettre l’employeur concernant la situation de ses salariés en matière de vaccination contre le Covid-19 ?

Un travailleur n’a pas à apporter d’indications sur son état de santé. Tant que la vaccination n’est pas obligatoire, un dirigeant est en droit de demander à son collaborateur s’il est vacciné, mais ne saurait exiger de réponse. Ce sujet est protégé par le secret médical. Et les éventuelles informations détenues par le médecin du travail restent confidentielles. L’employeur peut d’autre part organiser la vaccination, mais son déroulement demeure confidentiel.


Qu’en est-il s’agissant des cas contact et des personnes testées positives ?

De la même manière, un salarié n’est nullement tenu d’informer son employeur qu’il est cas contact ni même positif. C’est en quelque sorte l’angle mort du dispositif : aborder ce sujet de caractère privé relève de la responsabilité individuelle et repose sur la bonne foi de l’intéressé.

Si un salarié testé positif au Covid se rend au travail sans mot dire et contamine ses collègues, on ne pourra rien reprocher à l’employeur qui a respecté son obligation de sécurité : mise à jour du document unique voire du règlement intérieur, rappel des consignes par voie d’affichage et vérification de leur application, du respect des gestes barrière….


Que va changer l’entrée en vigueur du passe vaccinal pour le BTP ?

Le passe vaccinal s’imposera  aux citoyens fréquentant les restaurants, cafés, transports interrégionaux, foires ou encore salons professionnels, ainsi qu’aux personnes qui y travaillent. Dans le BTP, il sera uniquement obligatoire pour les opérations dans un établissement recevant du public, étant précisé qu’une obligation vaccinale s’applique déjà pour les interventions de longue durée réalisées au sein d’un établissement de santé, social ou médico-social. Si un employeur ne peut affecter un salarié non vacciné sur un autre chantier non soumis au passe vaccinal, l’intéressé ne pourra plus travailler, et ne sera plus payé durant les travaux concernés.


Que conseillez-vous aux employeurs pour gérer la crise sanitaire ?

Il faut, plus que jamais, respecter les principes généraux de prévention, en commençant par l’évaluation des risques –non pas théoriques, mais ceux du chantier, et organiser le travail sous l’angle de la limitation de la coactivité. L’organisation du travail ne revêt pas seulement une dimension technique, elle relève aussi, de plus en plus, d’une organisation de la sécurité. Ne pas omettre d’aborder le sujet de la coactivité dans le PPSPS, qui s’emboite dans le plan général de coordination du coordonnateur SPS.

De quoi, pour l’employeur, s’assurer d’être dans les clous de la règlementation, tout en évitant l’absentéisme : moins il aura de salariés malades, moins il subira les conséquences de l’épidémie sur le plan du fonctionnement de son entreprise.

Autre conseil : sensibiliser, en coordination avec le médecin du travail, sur le caractère judicieux de se faire vacciner. Les employeurs ont un rôle très important à jouer en matière de motivation. Ne pas hésiter ainsi à communiquer au maximum pour encourager à la vaccination, afin de toucher les personnes qui seraient insuffisamment informées.

Commentaires

« Un salarié n’est pas tenu de dire à son employeur s’il est cas contact ou positif au Covid», Michel Ledoux, avocat

Votre e-mail ne sera pas publié

CC

14/01/2022 10h:44

Qd est il des cas contact qui souhaite continué a travailler ? (les vaccinés et les pas vaccinés)

Votre e-mail ne sera pas publié

vero

14/01/2022 11h:37

Et un patron n'a pas non plus alors obligation de déclarer a ses employés s'il est positif au COVID?

Votre e-mail ne sera pas publié

Nouvelleau

14/01/2022 19h:02

Ce produit, M. l’avocat devrait se renseigner. Ce produit n’est pas un vaccin, mais un produit qui modifie l’ARN. Autrement dit, les vaccinés deviennent OGM (Organisme génétiquement modifié). On s’est battu en France contre les plantes OGM, et on veut que les humains soient OGM !!!??? On n’en connaît pas les conséquences à long terme, d’une part. Et d’autre part, on a le droit de ne pas vouloir devenir OGM.

Votre e-mail ne sera pas publié

Martin

17/01/2022 12h:08

Si les salariés du BTP sont obligés de se faire vacciner, qu en est-il des salariés des salons de coiffure, d esthétique ou de la grande distribution qui reçoivent du public ? On n'est pas tous logé à la même enseigne........

Votre e-mail ne sera pas publié

Christian B

18/01/2022 10h:05

Donc un employé peut impunément disperser le virus sur son lieu de travail ? En période de crise sanitaire, c'est marcher sur la tête.

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil