En direct

Un référé en expertise pour étudier les malfaçons au palais de justice de Nantes
Le palais de justice de Nantes par Jean Nouvel - © © DR

Un référé en expertise pour étudier les malfaçons au palais de justice de Nantes

Lemoniteur.fr |  le 16/02/2010  |  RéglementationRéglementation des marchés privésLoire-Atlantique

La Chancellerie a déposé en fin d'année dernière un référé en expertise visant 12 entreprises et l'architecte Jean Nouvel pour des malfaçons constatées sur le palais de justice de Nantes. En tout neuf malfaçons ont été recensées, parmi lesquelles l'affaissement des lourdes portes des bureaux, créant des fissures, mais aussi des problèmes de chauffage.

Dans le palais de justice nantais entièrement paré de noir et de rouge, la moindre averse provoque l'arrivée de seaux multicolores dans la majestueuse salle des pas perdus pour étancher les fuites du plafond. Depuis plusieurs mois ce sont les dalles de béton et pierre reconstituée de 30 kg qui ornent ses murs périphériques qui tombent une à une, pour l'instant sans faire de blessé même si la dernière a fait une chute de cinq mètres de hauteur. "Je trouve ça inadmissible et tout à fait intolérable, il y a des procédures qui sont en cours et je souhaite qu'elles aillent jusqu'au bout", a lancé lundi 15 février lors d'un déplacement en Loire-Atlantique la garde des Sceaux Michèle Alliot-Marie.

9 malfaçons

En tout neuf malfaçons ont été recensées, parmi lesquelles l'affaissement des lourdes portes des bureaux, créant des fissures, mais aussi des problèmes de chauffage."L'air chaud arrive par le plafond, mais descend rarement", constate le procureur de la République de Nantes, Xavier Ronsin, qui précise que dans certains bureaux la température en hiver n'excède parfois pas les 10°.
Un référé en expertise a été introduit le 28 décembre 2009 par la Chancellerie au tribunal administratif de Nantes, avant la fin de la garantie décennale, le bâtiment, d'un coût de près de 55 millions d'euros ayant été inauguré en mars 2000, a précisé la Chancellerie. "La voie amiable n'a pas marché, nous demandons réparation des désordres", explique Xavier Ronsin.
Le référé concerne le cabinet de l'architecte, Jean Nouvel, et douze entreprises dont GTB Construction, une filiale de Bouygues. L'architecte qui reconnaît l'existence de ces malfaçons ne s'en estime toutefois pas responsable mais a blâmé dans une déclaration au Figaro, outre de "possibles problèmes d'entretien qui incombent à l'occupant", la sous-traitance, et la baisse de la qualification de la main d'oeuvre en France.

Commentaires

Un référé en expertise pour étudier les malfaçons au palais de justice de Nantes

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX