Un promoteur immobilier alsacien mis en liquidation judiciaire

Pouthier Adrien |  le 21/08/2008  |  Bas-RhinMeurthe-et-MoselleDoubsJuraMeuse

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bas-Rhin
Meurthe-et-Moselle
Doubs
Jura
Meuse
Côte-d'Or
Saône-et-Loire
Moselle
Nièvre
Haut-Rhin
Vosges
Immobilier
Yonne
Territoire de Belfort
Haute-Saône
Entreprises
Valider

Plus d'une centaine de familles seraient victimes d'abus de confiance de la part de Brun Habitat.

Un promoteur immobilier alsacien, Brun Habitat, a été placé en liquidation judiciaire après plusieurs plaintes d'entreprises et d'accédants à la propriété qui s'estiment spoliés, a-t-on appris jeudi de source judiciaire à Strasbourg. Après une rapide enquête ayant démontré que Brun Habitat n'était plus en mesure de faire face à ses obligations, le parquet a saisi la 1ère chambre commerciale. Celle-ci a prononcé la liquidation judiciaire immédiate et désigné deux liquidateurs. Ces derniers devront déterminer l'étendue des dégâts ainsi que les contours juridiques du groupe autour duquel le promoteur a créé une myriade de sociétés civiles immobilières (SCI). Selon un acquéreur malheureux, Bernard Blaizeau, qui a porté plainte avec une dizaine de copropriétaires pour "abus de confiance", "plus d'une centaine de familles" sont victimes dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin du promoteur Antoine Brun et de son épouse, commerciale dans la société.
Il s'agit de petites résidences ou immeubles comportant chacun une douzaine d'appartements vendus en copropriétés, a-t-il indiqué.
"Une dizaine de chantiers sont paralysés depuis plusieurs mois. Il y a aussi des malfaçons et des entreprises non payées", a précisé M. Blaizeau à l'AFP. Selon lui, certains acquéreurs, des jeunes couples ou des personnes âgées, sont "au bord du gouffre", dans une grande détresse morale et financière.
M. Blaizeau, qui a dû payer par contrat 80% de son appartement alors que seulement 55% étaient construits, dénonce aussi les lacunes de la loi VEFA (vente en l'état futur), aussi appelée vente sur plan, "face à d'éventuels promoteurs véreux". "Nous sommes pris dans la nasse, la loi nous oblige à payer des appels de fonds à fonds perdus, il n'y a pas de contrôle sur les travaux réellement réalisés", s'est-il plaint.
Les acquéreurs, qui s'estiment spoliés, ont l'intention de manifester leur mécontentement devant les locaux du promoteur à Strasbourg.
M. Brun, en congé jusqu'au 1er septembre, n'est pas joignable, a indiqué son secrétariat téléphonique.

AFP

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur