Un projet immobilier fait des vagues chez les artistes marseillais

Defawe Philippe |  le 13/12/2006  |  MarseilleFrance CultureEntreprisesBouches-du-Rhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Marseille
France
Immobilier
Culture
Entreprises
Bouches-du-Rhône
Paris
Profession
Architecture
Valider

Le pôle culturel du Comptoir de la Victorine, installé à Marseille dans une ancienne usine d'allumettes, serait menacé par un projet immobilier conduit par Kaufman et Broad.

"Un compromis de vente a été signé en octobre par le propriétaire de ce terrain. Le promoteur Kaufman et Broad veut y réaliser une opération immobilière et construire des logements", a déclaré lundi à l'AFP Sam Khebizi, président de l'Union des résidents du Comptoir.
Cette association regroupe la dizaine d'acteurs culturels (troupes de théâtre, compagnie chorégraphique "Itinérrances", plasticiens...) ainsi que les trois entreprises commerciales installés au Comptoir, un complexe de 5.000 m2 dans le 3e arrondissement.
"Cette vente menace 200 emplois, 40 permanents et 150 à 160 vacataires et intermittents qui collaborent à des événements culturels nationaux et internationaux mais aussi à l'animation d'un quartier en zone urbaine sensible", a dénoncé M. Khebizi précisant qu'il serait très difficile pour eux de retrouver un lieu.

Le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin s'est engagé par écrit à utiliser son droit de préemption, qui court jusqu'à samedi, pour racheter le Comptoir et sauver les structures culturelles à condition d'un engagement des autres collectivités, ont indiqué l'Union des résidents du Comptoir et la mairie.
"Le conseil général des Bouches-du-Rhône est prêt à participer financièrement comme le demande la mairie", a précisé à l'AFP Lisette Narducci, élue (PS) au Conseil général.
Interrogé par l'AFP, le conseil régional, présidé par le socialiste Michel Vauzelle, a affirmé vouloir soutenir le Comptoir de la Victorine mais ne s'est pas engagé sur un soutien financier. "Nous attendons également un geste de l'Etat", a déclaré M. Khebizi.
AFP

Repères


Comme à Paris, les artistes marseillais ont parfois du mal à trouver des locaux adaptés à leur besoin en raison de la hausse du marché de l'immobilier.
Les Studios du Cirque de Marseille ont dû déménager à Arles (Bouches-du-Rhône) tandis que d'autres compagnies de théâtres comme les Cartoun Sardines sont toujours sans lieu fixe alors que Marseille aspire à être capitale culturelle européenne en 2014, a rappelé l'Union des résidents.
Usine d'allumettes jusqu'en 1880 puis comptoir à épices avant de devenir friche industrielle, le Comptoir a été loué à prix modéré à des artistes à condition qu'ils effectuent eux-mêmes des rénovations.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil