Aménagement

Un projet de ville-parc à La Courneuve, au nord de Paris

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Démarche environnementale - Espace naturel - Matériel - Equipement de chantier - Politique européenne

Le 29 octobre, CDU, l’atelier Castro Denissof & associés/Silvia Casi et LesEnR ont présenté leur projet d’urbanisation du pourtour du parc départemental de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Avec le «Central Park du Grand Paris», ils proposent de construire 24 000 logements et de créer ainsi une nouvelle centralité à l’échelle du Grand Paris. Mais ce projet impacte 80 ha de parc dont 70 ha classés en zone Natura 2000.

«Le «Central Park du Grand Paris» est un scénario plus qu’un projet, les grandes lignes d’une histoire qui n’est pas encore écrite. Nous voulons ouvrir une porte, une discussion», avertit Marc Rozenblat, directeur général de Constructions et développements urbains (CDU). Initié par l’atelier Castro Denissof Associés/Silvia Casi en 2008, dans le cadre de la consultation internationale sur le «Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne», ce projet est désormais mené en collaboration avec CDU et LesEnR. Présenté le 29 octobre, il vise à urbaniser les onze kilomètres de pourtour du parc départemental de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), à l’image de Central Park à New York. Quelque 24 000 logements (1,7 million de m2) complétés par des équipements publics, des bureaux, des commerces…pourraient voir le jour sur 110 ha dont 80 ha de parc, celui-ci s’étendant sur 417 ha au total. A proximité des immeubles, des aménagements favoriseraient des usages variés pour une appropriation quotidienne du parc. «Nous avons aussi repris l’idée de Roland Castro d’implanter un ministère près de la gare de Dugny, sur la future tangentielle nord», ajoute Marc Rozenblat.

 

Ville-parc

 

«Nous voulons transformer cette zone-parc en ville-parc», décrit Silvia Casi. Les immeubles, de hauteur variée, seraient construits selon une trame régulière, composée d’îlots de 100 m sur 75 m. «Nous proposons de bâtir une façade urbaine sur ce poumon vert afin que les six communes (La Courneuve, Stains, Dugny, Le Bourget, Saint-Denis et Garges-lès-Gonesse) qui aujourd’hui lui tournent le dos se retournent vers lui», poursuit l’architecte. L’équipe suggère de réaliser un ouvrage de franchissement de l’autoroute A1 afin de relier le parc au grand ensemble des 4000 à La Courneuve.

Autre ambition du groupement CDU/atelier Castro/LesEnR: construire le premier quartier autonome de France et inventer la future ville durable. «L’objectif est d’atteindre le niveau de «territoire à ressources positives» permettant de créer de l’énergie à partir des déchets, d’utiliser l’eau de pluie sur le site, de gérer les eaux usées et de produire des énergies renouvelables pour les bâtiments ou moyens de transports», indique François-Xavier Monaco, directeur de l’agence «Les EnR»

 

Classement en zone Natura 2000

 

Principale difficulté du projet: le classement d’une partie du parc en zone Natura 2000. D’où la proposition de compenser les 70 ha actuellement protégés et qui seraient impactés par la création du nouveau quartier par une zone de 140 ha aménagée au nord du site sur une friche autoroutière. Selon Marc Rozenblat, cet obstacle peut être contourné sur le plan juridique. «A Bruxelles, on nous a indiqué qu’on avait déjà procédé à de telles opérations de déclassification en France mais pas à cette échelle-là. Si l’Etat et les collectivités locales sont d’accord, normalement, c’est possible», affirme-t-il.

 

OIN «multisites»

 

Avec ce projet de Central Park à la française, le directeur général de CDU veut «créer une centralité qui rayonne à l’échelle du Grand Paris». Il considère que ce secteur pourrait figurer parmi les 20 sites de l’opération d’intérêt national que le gouvernement veut mettre en place. Le 13 octobre, le Premier ministre a dévoilé une première liste de cinq sites, les quinze autres devraient être annoncés d’ici à la fin de l’année. Marc Rozenblat espère que le parc de La Courneuve en fera partie. «Je pense que le rôle de l’Etat, c’est d’impulser ce qui peut transformer durablement la métropole», conclut-il.

Focus

Les élus du territoire plutôt favorables

«Sans la bienveillance d’un certain nombre d’élus du territoire, nous n’aurions pas pu élaborer ce projet», indique le directeur général de CDU.

Stéphane Troussel, président PS du conseil général de la Seine-Saint-Denis, propriétaire du parc de La Courneuve, se dit prêt «à faire avancer concrètement ce projet» mais pose quelques conditions. «Le Central Park du Grand Paris ne doit pas être l’occasion de reconstruire une ville nouvelle ou un grand ensemble. Au contraire, il doit permettre de refaire de la ville», déclare-t-il. Ce nouveau quartier ne doit pas être non plus «un îlot réservé aux riches ou un ghetto pour les pauvres» et il doit être «exemplaire sur le plan environnemental».

Pour Patrick Braouezec, président Front de gauche de la communauté d’agglomération Plaine Commune (trois villes sont concernées: La Courneuve, Stains et Saint-Denis), ce projet permettrait de rééquilibrer l’Ile-de-France. Il répond aussi à l’idée de métropole polycentrique que Patrick Braouezec défend depuis longtemps. «Ce n’est pas juste par la péréquation qu’on rééquilibrera les territoires mais par des projets structurants sur lesquels on pourra construire la polycentralité», affirme-t-il, avant d’insister sur la nécessaire maîtrise publique du projet.

Enfin, pour Gilles Poux, maire PC de La Courneuve, «l’objectif central de ce projet doit être de faire monter les populations dans le train d’une évolution sociale».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    et le parc ?

    Je trouve incroyable de faire un article qui propose sans frémir de consommer l’espace d’un parc (le plus beau de toute la banlieue nord-est) pour y faire du logement, sans même évoquer le fait de supprimer un espace de verdure et de repos au milieu de la ville ! En 2014 ! on croit rêver ! Il me semble qu’on doit préserver absolument ces espaces de nature indispensable à notre vie. Il doit y avoir un devoir moral de ne pas diminuer ces surfaces. Pas question de construire sur le vert ! Retourner à l’école M. Castro (qui fait le contraire de ce qu’il affirme) ! Petit détail : Central Park est préservé depuis toujours et ne comporte aucun logement sur son enceinte. Faire allusion à Central Park est une imposture !
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X