En direct

Un pont courbe enjambe le Vecchio

le 23/12/2011  |  France entièreCollectivités localesMeuse

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Collectivités locales
Meuse
Valider
Corse -

Démarrés en mai dernier, les travaux de construction d’un nouvel ouvrage routier de franchissement du Vecchio sur la RN200 - en remplacement de l’actuel pont génois d’Ajiunta - viennent de franchir une étape spectaculaire. Entre la fin novembre et la mi-décembre, plusieurs phases successives de lançage ont permis d’installer, sur des appuis provisoires, cet ouvrage mixte (charpente métallique et tablier béton) du type bipoutre à pièces de pont. D’une longueur totale de 92,90 m, il s’agit d’un pont courbe, avec un arc de 240 m permettant de rectifier le tracé de la RN200.

Sa construction a nécessité au préalable, pendant l’été et la période de basses eaux, la réalisation, au moyen de coffrages spécifiques circulaires (CLRM), de quatre piles en béton armé, de 12 m de haut et 1,8 m de diamètre, ancrées sur une semelle en béton armé reposant sur le substratum rocheux, sous le lit de la rivière. Cette phase a été suivie à l’automne de la réalisation des culées de l’ouvrage avec des fondations par micropieux (430 ml de forage au total). « Les travaux étant situés dans une zone classée Natura 2 000, toute pollution par rejet direct ou indirect des eaux de ruissellement a été évitée, explique Yann Coulombeau, directeur technique de l’entreprise Natali. Les interventions ont été limitées pendant les périodes de nidification et de ponte des poissons, pour les travaux dans le lit du Vecchio. »
Fabriquée dans la Meuse, la charpente a été acheminée sur site par tronçons, puis assemblée par soudage sur une aire de montage, à proximité de l’une des culées. La surface réduite de l’aire a nécessité plusieurs phases d’assemblage et trois lançages partiels. « La charpente, équipée d’un avant-bec de 18 m et d’une queue de traction, est lancée sur des chaises en téflon à l’aide d’un treuil de traction. Au total, le poids de l’ossature est de 140 t, plus environ 80 t de ferraillage. Le lançage le plus long dure environ 2 h », précise Francis Adam, responsable d’affaires de Berthold.

Coulage du tablier

La prochaine étape, en début d’année, sera le coulage en place de la dalle en béton à l’aide d’un équipage mobile. « Ce sera un coulage par plots, qui permet de limiter les contraintes de traction dans la dalle et minimise le nombre de mouvements de l’équipage mobile. Les plots longs de 10,50 m seront d’abord coulés en travée, puis sur appuis. Dix semaines sont prévues pour réaliser cette dalle », ajoute Yann Coulombeau. Pour mener à bien ce chantier (un des premiers ouvrages d’art réalisés selon l’Eurocode 3), l’entreprise a eu recours à des grues automotrices de 30 à 90 t.

PHOTO - 609397.BR.jpg
PHOTO - 609397.BR.jpg - © Natali
Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage/maîtrise d’œuvre : Collectivité territoriale de Corse. Entreprises : groupement Natali (mandataire ; génie civil), Berthold (charpente métallique), Heaven Climber (fondations profondes). Coût des travaux : 2,760 millions d’euros TTC. Livraison : été 2012.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur