Un plafond rafraîchissant assure le confort d’été d’une maison bois toulousaine
Un plafond rafraîchissant Acosi+ de Thermacome assure à la fois le chauffage et le rafraîchissement de cette maison toulousaine. - © REMYGABALDA

Un plafond rafraîchissant assure le confort d’été d’une maison bois toulousaine

Paul Pastré |  le 21/10/2020  |  Haute-Garonne100 % eau et énergie Artisan chantierArtisan chauffagisteMurs et plafonds chauffants

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Haute-Garonne
100 % eau et énergie
Artisan chantier
Artisan chauffagiste
Murs et plafonds chauffants
Plafond chauffant
Toulouse
Valider

Dans cette maison à ossature bois située au sud de Toulouse, les 230 m² de surface habitable sont équipés du système Acosi+ qui assure à la fois le rafraîchissement et le chauffage de la maison.

A Marliac, au sud de Toulouse, l’architecte Fabrice Jeanjean pilote le chantier d’une maison à ossature bois de 230 m² sur trois niveaux, dont le premier semi-enterré en maçonnerie traditionnelle. Dotée de larges ouvertures en façade nord, la construction est isolée avec 145 mm de laine de bois dans l’ossature et 80 mm en doublage intérieur, ainsi que 200 mm de polyuréthane pour l’isolation du toit-terrasse.

Une enveloppe performante pour éviter les déperditions d’énergie en hiver, mais qui ne suffit pas pour le confort d’été. « La faible inertie des maisons à ossature bois pose problème en cas de surchauffe : une fois que la chaleur est entrée, il est difficile de l’évacuer, résume Fabrice Jeanjean. Le recours à la climatisation étant exclu, nous avons privilégié le plafond rafraîchissant pour assurer une régulation en douceur, et sans brassage d’air, de la température intérieure. »

Thermacome
Thermacome - © REMYGABALDA

Le système choisi est Acosi+, de la marque Thermacome. Chargés de la pose, les deux artisans de l’entreprise ariégeoise ABTP avancent au rythme de 50 m² par jour : les dalles de PSE sont fixées directement sur les fourrures au plafond, puis il faut positionner les tubes plastiques qui transportent l’eau mise à température, et enfin relier les réseaux à la pompe à chaleur. Le plaquiste peut alors doubler le plafond.

« C’est notre premier chantier avec ce produit : la mise en œuvre se fait facilement, constate David Renaudon, l’un des deux artisans d’ABTP. Comparé au plancher rafraîchissant, le gros avantage de travailler en plafond est la perte d’inertie : le système est plus réactif, et ne génère pas de point de rosée. » Selon les données communiquées par Thermacome, le plafond est « presque deux fois plus performant qu’un plancher en rafraîchissement (1) », et une dizaine de minutes suffisent à faire évoluer la température d’une pièce de plus ou moins un degré Celsius.

Thermacome Acosi+
Thermacome Acosi+ - © REMYGABALDA

Pour l’architecte Fabrice Jeanjean, un autre avantage du rafraîchissement par le plafond est la liberté de choix pour les revêtements de sol. Pour la pièce de vie et les chambres, le maître d’œuvre a privilégié le parquet flottant, et le carrelage dans les pièces humides. Le système Acosi+ est aussi installé au premier niveau semi-enterré, car il constitue la seule source de chauffage de la maison, avec une alimentation par une pompe à chaleur air/eau et une régulation pièce par pièce. « La conception du plafond, associant un tube à faible pas et un diffuseur aluminium de forte conductivité, permet de fonctionner avec de l’eau à basse température (35°C), et donc de limiter la consommation d’énergie », précise Christophe Pinchon, chef de produits marketing Thermacome.

Coupe Thermacome Acosi+
Coupe Thermacome Acosi+

Les caractéristiques du système obligent en revanche à bien coordonner l’ensemble des corps d’état avant le début de la pose. Il faut notamment que le plaquiste ait pu poser les fourrures, et l’électricien repéré la position de ses luminaires via un marquage au sol. « En tant que maître d’œuvre, cette obligation d’anticiper est intéressante dans la gestion du chantier. Chacun sait où et quand il doit intervenir », constate Fabrice Jeanjean. Démarré au mois de février, le chantier doit s’achever en novembre, avec un léger retard dû à la crise sanitaire.

(1) Coefficient d’échange thermique en froid 10.8 W/m².K pour 5.8 W/m².K en plancher

Commentaires

Un plafond rafraîchissant assure le confort d’été d’une maison bois toulousaine

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Ré(investir) les toits

Ré(investir) les toits

Date de parution : 11/2020

Voir

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Date de parution : 11/2020

Voir

L'urbanisme commercial

L'urbanisme commercial

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil