Industrie/Négoce

Un «Petit Poucet» veut renouveler le modèle de la cimenterie

La société indépendante Cem’In’Eu, fondée par d’anciens cadres des groupes cimentiers, programme la construction de petites unités visant un marché régional dans un rayon de 200 à 300 kilomètres. La première ouvrira ce printemps dans le Sud-Ouest.

C’est un Petit Poucet au milieu des géants du ciment, qui se définit lui-même comme une «start-up» du secteur. Cem’In’Eu (abréviation de Cement Innovation in Europe) lance un modèle original de cimenteries. A rebours de la tendance aux giga-installations intégrées, il programme une suite de petits sites de broyage, ayant vocation à desservir un marché de proximité: «Pas plus de 200 à 300 kilomètres à la ronde, pour une capacité unitaire de 240 000 tonnes concentrée sur des terrains de deux hectares», précise Vincent Lefèbvre, président de la société aujourd’hui constituée de 10 personnes et basée à Saint-Nazaire.

Cette approche qualifiée de «décentralisée, digitalisée et désintermédiée» va connaître sa première concrétisation à Tonneins (Lot-et-Garonne). Le chantier de cette unité dédiée au Sud-Ouest a démarré en septembre, pour une mise en service prévue en mai prochain. Le concept compte être reproduit dans quatre autres régions «à raison d’une implantation tous les neuf à douze mois», annonce Vincent...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X