En direct

Un petit finisseur compact pour déposer de l’enrobé blanc

Gilles Rambaud |  le 25/04/2014  |  TransportsAménagementChausséeEuropeArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Aménagement
Chaussée
Europe
Architecture
Gros œuvre
VRD
Valider
Paysagistes -

La réhabilitation des jardins du palais de Ludwigsbourg, non loin de Stuttgart, au sud de l’Allemagne, a donné l’occasion à l’entreprise Gottlob Brodbeck de mettre en œuvre un enrobé de couleur. Il s’agissait en effet de remplacer les allées gravillonnées du jardin par un enrobé de la même couleur, presque blanc. « L’enrobé de couleur est un matériau qui ne pardonne pas », s’inquiète Michael Schifer, directeur de chantier. Le produit exige en effet une mise en œuvre irréprochable, d’autant que la tolérance n’était que de 3 mm sous une règle de 3 m, avec un dévers de 2 % de part et d’autre du chemin. Autre difficulté : pouvoir suivre le tracé sinueux des allées de ce jardin du xviii e siècle. Le finisseur choisi était un Vögele Super 1300 série 3, une machine de 10 t, montée ici sur pneumatiques pour gagner en manœuvrabilité. Le compacteur était un Hamm HD 10C, un petit tandem, d’un poids de 2,5 t et d’une largeur de 1 m. La table montée sur le finisseur était une AB 340 TV, utilisée sans rallonge, donc d’une largeur minimale de 1,80 m, extensible hydrauliquement jusqu’à 3,40 m. L’allongement ou le rétrécissement de la largeur de pose se règle depuis la console de table équipée d’une grosse molette se tournant dans un sens ou dans l’autre, sans même avoir à la regarder, contrairement aux habituels boutons poussoirs. Avec cette nouvelle console, le régleur garde une main sur la molette et les deux yeux sur son travail… Ce n’est pas la seule nouveauté de ce finisseur nouvelle génération. En effet, le pupitre de commande dispose d’une fonction « AutoSet » qui automatise tous les mouvements, faisant passer un finisseur d’une configuration de travail (trémie ouverte, table en position, etc.) à une configuration de déplacement. Autre nouveauté, cette fois cachée, une gestion électronique de l’alternateur principal fait varier la production d’électricité selon les besoins. Une table étendue ou dotée de rallonge réclame davantage d’énergie de chauffe qu’une table rétractée. L’alternateur s’adapte automatiquement ; il consomment la stricte énergie nécessaire aux besoins en chauffage, concourant par là même à réduire la consommation de carburant.

PHOTO - 787465.BR.jpg
PHOTO - 787465.BR.jpg - © wirtgen

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur