En direct

Un pesage embarqué sur des concasseurs comme instrument de gestion

Gilles Rambaud |  le 10/02/2012  |  MoselleMatériel de chantierFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Moselle
Matériel de chantier
France entière
Valider

Les carrières de Jaumont, près de Metz, pèsent leurs productions en temps réel pour faire le point sur leurs méthodes.

Rachetées en 2006 par trois associées, les carrières de Jaumont, près de Metz (Moselle), continuent de produire une célèbre pierre de taille jaune et 2 millions de tonnes de granulats par an. Le site s’étend sur plus de 200 ha et englobe plusieurs fronts qui furent, à une époque, autant de petites carrières indépendantes. Conséquence : la production est éclatée en sept postes, trois mobiles, quatre fixes, produisant un granulat grosso modo identique mais avec des méthodes différentes. Pas très rationnel… « Nous nous sommes engagés dans un processus de modernisation », annonce Alain Beraut, responsable du développement et de la production. Démarche qui passe d’abord par un état des lieux. Alain Beraut a fait appel à Loadrite, spécialiste du pesage embarqué, pour installer des systèmes de pesée sur les tapis convoyeurs. « Une balance sous le tapis en mesure le poids et une roulette la vitesse. Nous en déduisons en temps réel la quantité transportée », détaille Jérôme Thomas, représentant Loadrite en France.

50 000 euros, très vite amortis

Les sorties de tous les concasseurs primaires de la carrière en ont été équipés, même les tapis des concasseurs mobiles. Les enregistrements continus, envoyés vers un serveur informatique, sont restitués sous forme statistique. « Ce que je regarde avant tout ce sont les phases où le convoyeur tourne à vide, signe que le concasseur n’est plus alimenté. Cela indique, par exemple, que les tombereaux viennent de trop loin, ou qu’il n’y en a pas assez .» La prestation de Loadrite a été facturée 50 000 euros, très vite amortis. « L’un de nos concasseurs était alimenté par une pelle de 80 t, remplacée provisoirement par une 60 t. Surprise : le pesage a montré qu’il n’y avait pas de baisse de production. La 80 t était sous-employée. Nous avons donc laissé la 60 t, qui coûte 100 000 euros de moins. » Autre piste d’étude : l’impact de la météo sur la production avec, à terme, une incidence sur les plannings de tirs. Pour l’instant seuls les concasseurs sont sous observation mais Alain Beraut pense bientôt équiper les chargeuses de livraison. Il aura ainsi d’un côté la production, de l’autre les expéditions. Résultat : « un suivi des stocks en temps réel qui permettra de dire oui ou non au client qui exige 2 000 t pour demain. »

PHOTO - 612539.BR.jpg
PHOTO - 612539.BR.jpg - © gilles Rambaud

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur