« L'évolution de Diapason pensée pour et par ses utilisateurs », Benjamin Tarrier, directeur Produit du groupe ELCIA
Benjamin Tarrier, directeur Produit du groupe Elcia. - © Jean-Luc Mege Photography
Interview

« L'évolution de Diapason pensée pour et par ses utilisateurs », Benjamin Tarrier, directeur Produit du groupe ELCIA

Véronique Cottier  |  le 26/04/2021  |  MenuiseriesNumériqueERPFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Stores et fermetures
Menuiseries
Numérique
ERP
France
Valider

Comme annoncé lors de son deuxième Forum Digital, la société ISIA, filiale du groupe ELCIA et éditeur de l’ERP Diapason, spécialisé dans l’activité menuiserie, se lance dans un projet au long cours : moderniser son outil en collaboration directe avec les utilisateurs chez les fabricants de menuiseries, pour coller au plus près aux besoins des professionnels. Benjamin Tarrier, directeur Produits du groupe ELCIA, nous présente ce projet ambitieux.

Pouvez-vous tout d’abord nous rappeler les caractéristiques de Diapason ?
Dans l'écosystème ELCIA, nous avons deux familles de produits : ProDevis,
à destination du revendeur, qui va lui permettre de chiffrer les produits, faire des devis et passer commande aux industriels ; L’industriel, lui va utiliser un ERP pour prendre le relais, recevoir ses commandes et piloter toute la fabrication. Diapason est l’ERP qui va gérer tout ce qui va être installé dans l'entreprise et toute l'activité de l'entreprise : l'activité principale qui est celle de fabriquer des menuiseries, mais aussi tous les services de l'entreprise comme les approvisionnements, les expéditions, etc. La particularité de Diapason est
d’être un ERP verticalisé pour les métiers de la menuiserie et les clients d’ISIA – l’éditeur de Diapason, société du groupe ELCIA – sont uniquement des acteurs du secteur de la menuiserie. C’est une volonté du groupe de rester focalisé sur ce secteur-là et ses spécificités. Notre métier est de lui apporter notre expertise.

Quelle est la typologie de vos clients et quel est votre rôle auprès d’eux ?
Un ERP comme Diapason s’adresse plus particulièrement à des entreprises qui veulent croître et qui ont besoin d'avoir dans leur système d'information un ERP pour centraliser l'information. Nos clients sont des entreprises qui font en général plus de 10 m€ de chiffre d'affaires. Le métier d’ISIA est d’abord celui d’éditeur, c’est-à-dire de fournir un ERP le plus standard possible pour les menuisiers. Ensuite, nous avons le métier d’intégrateur,
où des ingénieurs et des chefs de projet vont venir paramétrer Diapason pour les besoins spécifiques du client. Chaque projet nécessite
un travail important, car nous rentrons vraiment dans le détail des spécificités de chaque entreprise. Nous gérons le flux de l’entreprise, de la réception d'une commande aux approvisionnements du stock, la fabrication jusqu'à la livraison, etc. Celà c’est le paramétrage. Il y a enfin un autre métier, celui de la configuration car Diapason intègre son propre configurateur technique. C’est une tâche un peu différente puisque là on est dans la configuration de toutes les gammes de produits de nos clients pour pouvoir concevoir les produits et les lancer en fabrication. Ces projets-là peuvent être longs puisqu'on va intégrer une gamme alu, une gamme PVC, une gamme bois...

ISIA et ELCIA assurent également “l’après-vente”, le suivi et la mise à jour de l’ERP, au fur et à mesure de l’apparition de nouveaux produits, de nouvelles gammes ?
Tout à fait. Nous avons des clients qui sont en perpétuelle évolution, qui vont construire une nouvelle usine ou ils vont faire de la croissance externe. À chaque fois, il faut intégrer de nouvelles données, faire le tri dans ce que l'on garde. C’est un travail permanent. Chez ISIA, il y a une quarantaine de personnes qui sont dédiées à ce métier d'intégrateur et qui au quotidien sont affectées à un projet client, en plus des vingt opérateurs qui travaillent à la version standard de l’ERP. Le gros des effectifs, ce sont les intégrateurs qui justement assurent le fonctionnement au quotidien, qui sont là en soutien s'il y a un problème. Ils ont une connaissance métier forte et c'est aussi ce que viennent chercher nos clients. En tant que spécialistes des logiciels de menuiseries, on va vraiment être force de proposition pour les clients, dire ce qu'il faut faire et ne pas faire. Nos clients viennent chercher aussi cette compétence-là auprès des équipes d’ISIA.

Vous lancez avec vos clients un projet de longue haleine, basé sur la co-construction. En quoi consiste-t-il ?
L’idée vient de l’équipe de développement produit de Diapason,
qui travaille sur les briques génériques qui sont ensuite paramétrées par
les intégrateurs. 2021 est une année très importante pour ISIA, car nous démarrons un virage technologique en commençant la transformation de Diapason. Nous allons intégrer petit à petit des briques qui seront Web,
qui seront mobile, avec des technologies forcément plus récentes que ce que l’on a actuellement. L’utilisateur final ne perdra aucune fonctionnalité, bien au contraire, de nouvelles viendront régulièrement être ajoutées à son outil, en toute transparence pour lui, sans aucune installation ou mise à jour nécessaire de son côté.
En revanche, des pans fonctionnels de Diapason vont être redéveloppés dans ces nouvelles technologies. C’est un chantier sur le long terme et pour le démarrer dans de bonnes conditions et pouvoir mettre les efforts au bon endroit, on ne veut pas développer les fonctionnalités dans notre coin et livrer le produit fini au client. Nous voulons le faire en partenariat avec nos utilisateurs, parce que nous avons beau avoir 30 ans d’expérience
sur la menuiserie en tant qu’éditeur-intégrateur, nous ne sommes pas menuisiers. Nous avons besoin d’avoir un contact avec les utilisateurs finaux, qui utilisent Diapason au quotidien pour pouvoir comprendre leurs problématiques, mais aussi là où on leur apporte de la valeur, et pouvoir développer les fonctionnalités qui vont vraiment être les plus importantes dans leur process. On développe par “petits bouts” et on fait grossir le périmètre pour pouvoir atteindre, derrière, la satisfaction utilisateur.

Ce programme collaboratif a-t-il déjà commencé ? Quels sont les premières modifications identifiées ?
Nous avons déjà communiqué auprès de nos clients pour leur dire : « on a besoin de vous, on a besoin d'aller dans vos usines, de vous rencontrer, d’observer comment vous travaillez pour développer la fonctionnalité la plus adaptée à votre besoin ». Ce projet n’est pas uniquement un changement de technologie, c'est aussi venir répondre aux usages d'aujourd'hui qui sont forcément différents de ceux d'il y a quelques années. Par exemple, on a besoin de mobilité dans les usines, de pouvoir apporter de l'information plus rapidement. Ces problématiques là, on a besoin de venir les sentir, les toucher du doigt.

Comment allez-vous procéder pour recueillir ces remontées du terrain ?
C’est un programme sur le long terme qui va se présenter sous différentes formes. Nous allons interroger les utilisateurs sur leur quotidien, essayer
de comprendre là où nous pouvons les aider. Nous aurons des
sessions de présentation des prototypes où nos clients pourront tester les nouvelles fonctionnalités que nous aurons conçues. Nous allons les observer, essayer de voir si ce que l’on a fait  correspond aux besoins.
Si le client est bloqué, s'il est perdu, c’est peut-être qu’il y aura des points qui nous paraissent logiques, mais qui ne le seront pas pour l’utilisateur final. Nous avons besoin de comprendre si nous sommes vraiment pertinents dans ce qu'on a développé. Petit à petit, les utilisateurs seront sollicités. Une fois qu'on aura atteint un niveau de fonctionnalité que nos utilisateurs jugeront acceptables, on pourra commencer à déployer nos nouvelles solutions chez nos clients.

Avez-vous toujours travaillé de cette façon ou s’agit-il, là-aussi, d’une innovation ?
C’est une démarche nouvelle pour ISIA, mais nous le faisons déjà sur la partie ELCIA. Nous avons un programme utilisateurs où l’on sollicite nos clients pour construire les fonctionnalités de demain. Toute la difficulté,
c'est aussi de faire la part des choses entre ce que vont nous dire nos utilisateurs et la vision stratégique de notre groupe. Il faut mettre le curseur au bon endroit : il faut qu'on écoute nos utilisateurs, mais en allant dans
la trajectoire que l’on a définie. C'est co-construit avec eux, mais on n'est pas dans un développement spécifique pour chacun de nos clients, parce que le produit est standard et s’adresse à tous.  

Où en êtes-vous de ce projet de développement en co-construction ?
Au tout début. Nous avons lancé le programme début avril lors du Forum Diapason. Nous avons communiqué auprès de nos clients qui vont commencer à nous contacter. Nous allons prendre des rendez-vous pour leur rendre visite. Il va y avoir du présentiel, mais on va aussi faire les choses à distance du fait de la situation sanitaire, mais nous espérons être sur le terrain au mois de mai.

Configurateur technique Ramasoft
Grâce au partenariat entre Elcia et l'éditeur belge Ramasoft, l'ERP inclura un configurateur technique. - © Ramasoft

Avec vous déjà identifié dans la version actuelle de Diapason des éléments à changer ou à faire évoluer ?
Diapason est un produit qui est vraiment apprécié par ses utilisateurs.
Nous réalisons des enquêtes annuelles qui nous le prouvent. Il n’y a pas
de point sensible dans le logiciel que nous voulons améliorer. Mais nous avons défini des sujets qui nous semblent importants. Nous allons travailler notamment sur notre configurateur technique car c'est le cœur
de métier de Diapason. Le partenariat que nous avons noué avec la société Ramasoft prend de l’ampleur car on va utiliser la technologie Ramasoft pour faire évoluer et repenser notre configurateur technique. C'est un projet à long terme. On commence par le cœur de métier, par là où l'on apporte le plus de valeur, puis nous allons développer petit à petit, brique par brique, tel un jeu de legos. Nous apportons à chaque niveau la modernité technique mais nous repensons aussi les usages en fonction des besoins d’aujourd’hui. Les briques, les étapes, sont priorisées par là où elles apportent le plus d’impact et le plus de valeur à nos clients.

La problématique de vos produits c’est que ces “chantiers” de rénovation ou d’actualisation sont quasiment sans fin ?
Il y a effectivement une course technologique sur l’informatique qui fait que ça évolue en permanence, donc nous devons toujours être en train de répondre aux usages d’aujourd’hui en anticipant ceux de demain.
C’est aussi ce qui est passionnant chez les développeurs. Ce qui est nouveau dans ce cas précis, c’est qu’on y intègre des solutions Web et mobiles, ce qu’on ne faisait pas auparavant. Dans notre équipe de développement de 15 personnes, on a trois personnes qui ont un rôle vraiment orienté fonctionnel produits, qui font le lien entre les développeurs et les utilisateurs et qui vont faire des ateliers à distance ou en présentiel avec nos clients pour commencer cette démarche. Nous prenons d’abord contact avec les DSI de l’entreprise. Ensuite, on cherche surtout à avoir des contacts avec l’utilisateur : si on travaille avec le configurateur technique
on va s’adresser à l’ADV ou au bureau d’études ; si on travaille sur la chaîne de fabrication, on va parler au chef d’atelier. Le but est vraiment d’échanger avec l’utilisateur de Diapason au quotidien, qui a des frustrations, qui trouve des choses bien, d’autres moins, et d’essayer d’améliorer au quotidien. On a un certain nombre de clients, donc nous allons essayer de bâtir un panel le plus représentatif possible. Ce sera à nous de choisir le bon chemin et les bonnes personnes pour répondre au plus grand nombre. Il y aura forcément des déçus, des résistances aux changements. Il nous faudra écouter tout en ayant un temps d’avance sur les métiers de demain.


Commentaires

« L'évolution de Diapason pensée pour et par ses utilisateurs », Benjamin Tarrier, directeur Produit du groupe ELCIA

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil