En direct

Un mur anti-houle pour une ligne ferroviaire

C. W. |  le 14/07/2017  |  TransportsAlpes-Maritimes

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Alpes-Maritimes
Valider
Alpes-Maritimes -

Longeant la mer sur une grande partie de son trajet, la pittoresque ligne ferroviaire Marseille-Vintimille est fragile. Au niveau de Saint-Laurent-d'Eze (Alpes-Maritimes), entre les PK 235.700 et 235.752, SNCF Réseau a dû intervenir pour consolider, en aval de la voie ferrée, le pied du talus malmené par la houle marine. Avant la fin juillet, secondé par le bureau d'études Tractebel Engineering, l'opérateur aura terminé des travaux d'une durée de quatre mois pour 581 000 euros HT déboursés.

Modeste par son coût, le chantier est toutefois singulier. L'interdiction d'utiliser des barges maritimes pour préserver la faune et la flore marines de ce site protégé, l'étroitesse de la plage et du chemin d'accès, et un remblai haut de plus de 17 m ont imposé le recours à l'héliportage. Ce choix a conduit le maître d'ouvrage à adopter les briques de soutènement développées par le bureau d'études niçois Bétoconcept. Légères, elles ont l'avantage d'être empilables à sec et emboîtables. « Ciment, béton et liant ne sont pas nécessaires. Cela constitue un gage de rapidité d'exécution », précise Dominique Rossi, gérant de Bétoconcept.

1 200 rotations d'hélicoptère. « Nous surveillons le site depuis 2010, car le phénomène d'affouillement a entraîné une dé-cohésion du talus. Les solutions d'urgence ne suffisaient plus. Il fallait une solution pérenne. D'où le choix d'un mur minéral de 5 m de hauteur, 45 m de longueur et 1 m d'épaisseur. Pour l'occasion, nous avons posé des modules de 50 cm d'épaisseur l'un derrière l'autre. De plus, le mur est enterré à 1,5 m sous le niveau de la plage pour éviter les affouillements », explique Romain Genoyer, directeur d'opérations et chef de projet chez SNCF Réseau.

Sur la base des calculs de dimensionnement réalisés par Bétoconcept, l'entreprise Alteam a empilé au total plus de 4 000 éléments modulaires Leromur de 1 m de longueur fabriqués en ciment « prise-mer ». Un géotextile de renforcement a été posé toutes les quatre rangées. Et pour parachever l'opération, du ballast a été déployé derrière le mur. A chacune des 1 200 rotations prévues sur la durée du chantier, l'hélicoptère aura transporté 25 à 26 palettes de modules, soit près de 900 kg.

PHOTO - 8247_523272_k2_k1_1269213.jpg
PHOTO - 8247_523272_k2_k1_1269213.jpg - © BETOCONCEPT

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur