Logement

Un monument historique labellisé BBC

Mots clés : Conservation du patrimoine - Efficacité énergétique

L’ancien bâtiment de la Condition des soies, à Saint-Etienne (Loire), est le premier monument historique labellisé bâtiment basse consommation (BBC). Nombre d’aménagements ont été réalisés pour rendre cette ancienne bâtisse conforme aux normes de sécurité et de confort actuelles.

L’ancien bâtiment de la Condition des soies, à Saint-Etienne, est le premier monument historique labellisé bâtiment basse consommation (BBC). Le maître d’ouvrage, le groupe Créquy, a tiré parti des travaux de rénovation thermique basse consommation qu’il a conduits précédemment à Mulhouse et à Grenoble. « Pour nous, le BBC, c’est une évidence, affirme Hervé Tillier, président de la société lyonnaise. On en fait depuis 2003 avec nos propres techniques, sans double flux par exemple. »

 

Ancien et contemporain

 

Construit en 1909, le bâtiment de la Condition des soies fut occupé par l’école de commerce de Saint-Etienne après avoir servi d’entrepôt pour des balles de soie. Le promoteur lyonnais a choisi de le transformer en bureaux et logements, dont la moitié avec terrasse. « Le plus gros du travail a concerné le traitement de l’enveloppe par l’intérieur, la création d’une coque dans la coque, explique l’architecte Frédéric Busquet, la pose d’un voile d’étanchéité à l’air et d’une mousse polyuréthane au sol. » A un prix compatible avec le marché stéphanois, le surcoût du BBC s’élève à 110 euros le mètre carré, selon Hervé Tillier, compensé pour un tiers par des subventions de la région et de l’Anah.

Ancien et contemporain cohabitent dans cette opération. En bonne intelligence avec la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), l’architecte des Bâtiments de France et les services de la Ville, le maître d’ouvrage a réalisé nombre d’aménagements, dont une ouverture en façade donnant sur un ascenseur pour rendre l’immeuble accessible.

Les fenêtres d’origine ont été conservées et doublées à l’intérieur. Le pigeonnier a été doté d’une verrière. Les boiseries de certaines pièces, la ferronnerie de l’escalier monumental et les œils-de-bœuf ont été restaurés. Un parking a été creusé sous la cour qui est largement arborée. « On a pu ainsi aménager des logements atypiques pour Saint-Etienne, des duplex avec terrasses notamment », observe Hervé Tillier. Sans rogner sur la qualité. Les prix des appartements culminent à 4300 euros/m2 avec terrasse et à 3800 euros sans terrasse. Des prix élevés pour le marché stéphanois, mais qui n’ont pas freiné leur commercialisation, bouclée en un peu plus de dix-huit mois.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X