En direct

Un monolithe sombre veille au-dessus de Grenoble
La Résidence Saint-Ange dans son site... - © © Roland Halbe Roland Halbe

Un monolithe sombre veille au-dessus de Grenoble

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI |  le 28/11/2016  |  GrenobleIsèreArchitectureCultureProfession

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Grenoble
Isère
Architecture
Culture
Profession
Valider

Livrée voici quelques mois, la résidence Saint-Ange accueille des artistes pour de courts séjours. Elle a été conçue par l’architecte Odile Decq, amoureuse de la couleur noire…

Initiative de mécénat purement privé, la résidence Saint-Ange de Seyssins (Isère) accueille, sur 185 m2, des artistes dans un atelier-logement installé sur une parcelle étroite en forte pente. Monolithe sombre et énigmatique, l’édifice prismatique prend place en surplomb de la vallée de Grenoble, en contrebas du plateau du parc de la Tour Saint-Ange, résidence principale du commanditaire, collectionneur d'art contemporain.

L'atelier du rez-de-chaussée, éclairé par des impostes vitrées...
L'atelier du rez-de-chaussée, éclairé par des impostes vitrées... - © © Roland Halbe Roland Halbe

«Créer un belvédère était une évidence, souligne Odile Decq. Embrasser le plus largement possible la vallée en passant au-dessus des arbres, mais sans jamais regarder derrière soi afin de ne pas gêner l’intimité de la Tour Saint-Ange et de son parc.» Un vaste atelier forme le socle de l’édifice, adossé à la pente. Il est surmonté d’une «tour twistée» sur trois niveaux qui accueille le logement.

L'atelier...
L'atelier... - © © Roland Halbe Roland Halbe

Ce belvédère est percé d'ouvertures selon trois orientations et permet un apport de lumière tout au long de la journée. Seule la façade nord, donnant sur la Tour Saint-Ange, est aveugle. «Œuvre d’art silencieuse», pour son architecte, la construction est intégralement réalisée en bois pour la superstructure, laissé naturel à l’intérieur et teinté de goudron suédois noir intense à l’extérieur. Le soir, des volets de bois, traités à l’identique, obturent les fenêtres. Le monolithe redevient alors opaque et silencieux... Montant des travaux : 460 000 € HT

La résidence, aveugle au nord, tourne le dos à la demeure privée du maître d'ouvrage...
La résidence, aveugle au nord, tourne le dos à la demeure privée du maître d'ouvrage... - © © Roland Halbe Roland Halbe

Commentaires

Un monolithe sombre veille au-dessus de Grenoble

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur