En direct

Un milliard d'euros de résultat net pour Eiffage en 2007
- ©

Un milliard d'euros de résultat net pour Eiffage en 2007

Defawe Philippe |  le 29/02/2008  |  France

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
France
Valider

De retour aux affaires après la démission de Benoît Heitz en décembre dernier, Jean-François Roverato, l'emblématique P-dg du groupe Eiffage, s'est livré au traditionnel exercice de présentation des résultats. Le chiffre d'affaires du groupe s'inscrit à 12,6 milliards d'euros en hausse de 17,2% par rapport à l'exercice 2006 et le résultat opérationnel courant progresse dans les mêmes proportions (+18,5%) à 1,14 milliard. Le résultat net part du groupe atteint très exactement 1 milliard d'euros, stimulé notamment par la vente des actions dans Cofiroute pour 496 millions et dans la Compagnie Eiffage du Viaduc de Millau pour 186 millions. Ces cessions permettaient à Eiffage de disposer au 31 décembre dernier d'une trésorerie nette positive de 931 millions d'euros. Ceci en excluant les 11,7 milliards de dette sans recours sur le groupe, imputables aux concessions.

En terme de chiffre d'affaires, tous les métiers (construction, travaux publics, installation multitechnique, construction métallique et concession) progressent. Mention spéciale à l'installation multitechnique (Forclum) qui affiche 2,5 milliards de CA (+26,1%) et un résultat opérationnel de 130 millions. Ce qui permet une légère amélioration de la marge, à 5,1%. Eiffage Construction atteint 3,8 milliards de chiffre d'affaires, en hausse de 12,8%, et sa marge opérationnelle établit un nouveau "plus haut historique" à 5,6%. Le chiffre d'affaires des travaux publics progresse de 13,2% à 4,1 milliards mais la marge opérationnelle s'érode à 3,8%. Jean-François Roverato attribue cette moindre performance à la prise en compte intégrale des pertes liées d'une part, aux caprices géologiques du massif des Albères qui ont ralenti le creusement des tunnels de la LGV Perpignan-Figueras ; d'autre part aux "errances en Pologne" de la filiale portugaise Teodoro Gomes Alho. Eiffage Travaux Publics achève deux grands chantiers - Perpignan-Figueras et l'autoroute A24 au Portugal - et va devoir patienter avant le démarrage effectif des travaux de l'A65 Langon-Pau car plusieurs recours ont été déposés contre le projet (voir encadré). Sans se prononcer sur le fond, Jean-François Roverato a indiqué que ces procédures n'étaient pas suspensives et qu'il espérait un démarrage des travaux avant l'été.

Eiffel dans la tourmente
Le cas Eiffel est plus épineux. Si le chiffre d'affaires progresse de 30,3% à 318 millions d'euros, le résultat opérationnel courant a viré au rouge avec une perte de 6 millions. "C'est la première fois depuis dix ans qu'Eiffel traverse un orage", a rappelé Jean-François Roverato. Le groupe attribue cette contre-performance à des chantiers complexes dont le règlement définitif demandera du temps et des négociations longues. Ces chantiers : la réhabilitation de l'ascenseur à bateaux de Mons en Belgique, la passerelle de Limerick en Irlande, les Docks en Seine à Paris ainsi que la fourniture du pont polaire et du tampon d'accès de la centrale nucléaire EPR d'Olkiluoto en Finlande. Celle-là même qui soucie Bouygues Construction. "Le redressement d'Eiffel interviendra dès l'année prochaine", a assuré Jean-François Roverato. La fabrication de mâts d'éoliennes, si elle est un axe fort de la stratégie du constructeur métallique, "ne suffira toutefois pas au redressement".
Reste que la liste des dossiers "en négociations compliquées" s'allonge. A ceux d'Eiffel s'ajoute le projet Norscut (Portugal) où Eiffage est en contentieux avec l'Etat portugais pour le règlement du viaduc de Vila Puca de Aguiar. Sur la LGV Perpignan-Figueras, le concessionnaire TP Ferro (détenu à 50% par Eiffage) souhaite d'une part, faire valoir le caractère imprévisible de la géologie des failles rencontrées (six mois de retard et surcoût des travaux) ; d'autre part, demander une indemnisation pour le retard annoncé par les autorités espagnoles dans le raccordement de la ligne en provenance de Barcelone.

Une bataille franco-espagnole usante
Du côté des concessions, le trafic global sur le réseau APRR et Area a crû de 2,8% et les recettes de 8% à 1,8 milliard d'euros. Des performances qui devraient ravir Jean-François Roverato. Mais la satisfaction est amère pour le patron d'Eiffage qui n'oublie pas que c'est précisément l'acquisition du réseau APRR qui avait suscité l'appétit de l'espagnol Sacyr. Cèdera ? Cèdera pas son paquet d'actions ? A qui ? A quelles conditions ? Dans quel délai ? Bien malin qui peut dire comment se débouclera l'affaire tant les scenarii sont nombreux. Seule certitude : la cour d'appel tranchera le débat sur la présumée action de concert des actionnaires espagnols, le 2 avril prochain. Mais cet affrontement franco-espagnol qui s'éternise plombe l'ambiance du groupe et empêche ses dirigeants d'envisager sereinement l'avenir. Ainsi, si Jean-François Roverato n'a pas caché son intérêt pour Cegelec, il a précisé que le dossier ne pourrait être sérieusement évoqué qu'après dissipation des incertitudes juridiques.
Avec un carnet de commandes record - 9,8 milliards d'euros (+12%) et près d'un an d'activité travaux -, Eiffage a pourtant déçu les marchés par des perspectives 2008 jugées trop prudentes. A 16 heures vendredi, l'action perdait presque 3% à 58 euros.

Julien Beideler

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur