En direct

Un marché relancé par les exigences environnementales
Un marché relancé par les exigences environnementales - © © Fotolia

Un marché relancé par les exigences environnementales

Hélène Boussel |  le 27/08/2010  |  EnvironnementFiscalitéFrance entièreEuropeSanté

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Innovation
Environnement
Fiscalité
France entière
Europe
Santé
Technique
Valider

Si la récupération des eaux pluviales n’est pas nouvelle, en revanche les exigences environnementales et le réveil des consciences sur la rareté de la ressource conduisent à un réajustement de la filière.

Porté par un engouement récent de la demande et une visibilité importante des questions environnementales, le marché de la récupération des eaux de pluie propose aujourd'hui des produits et solutions « matures », selon l'appréciation de Brigitte Robin Le Nézet, responsable marketing de la filiale française du groupe allemand KSB. Effectivement, la croissance du marché des dernières années s'est ressentie partout : pour Pascal Tisseyre, commercial des régions Bourgogne et Franche-Comté chez Salmson, « les particuliers sont très sensibilisés aux démarches écologiques ». Néanmoins, Willy Rohdmann, P-DG de la société française Skywater, constate que « pour l'instant la demande chez les particuliers est très forte, voire croissante, mais les réalisations de vente pas forcément en ligne ». L'écho que rencontre le marché des solutions de récupération et de réutilisation des eaux pluviales s'ancre ainsi sur une « attitude responsable », souligne également Brigitte Robin Le Nézet. « Ce qui est nouveau, c'est d'envisager de compter sur cette ressource y compris pour des usages internes à nos habitations, voire à nos process industriels. », confie-t-elle. De son côté, Olivier Nodin, ingénieur produits et solutions chez ITT estime que : « la démarche HQE, dont une des 14 cibles est la gestion de l'eau, amène les promoteurs et les industriels à réfléchir à la question », analyse que partage la plupart des fabricants. Pour sa part Valérie Layssac, responsable marché et merchandising du Danois Grundfos estime que le marché : « en est à l'étape de la rationalisation des produits et du savoir-faire et faire savoir en termes d'installation ».

C'est peut-être dans la segmentation entre marché pour les professionnels et marché des particuliers que le problème se corse. Willy Rohdmann estime par exemple que « tant que l'eau ne sera pas une priorité pour les entrepreneurs, le marché sera condamné à une logique de marché de niche ». Et beaucoup déplorent que les systèmes soient encore trop onéreux. Que le prix du m3 d'eau de ville soit comptabilisé à 3,40 € ou à 2,90 €, la rentabilité ne serait pas au rendez-vous pour un particulier. En effet, à un investissement de base souvent évalué autour de 8 000 €, doit s'ajouter la durée de vie d'un surpresseur (de 10 à 12 ans), le remplacement de la lampe ultraviolet obligatoire pour la stérilisation de l'eau (durée de fonctionnement de 8500 heures, soit 2 ans) pour 70 € environ, etc. Certes, le crédit d'impôt couvre une partie du coût départ... Encore que selon Valérie Layssac, « les particuliers qui font le pas d'installer de tels systèmes ne sont pas tous des harponneurs de crédits d'impôt ». Ce sont donc les besoins industriels « dix fois supérieurs » à la consommation moyenne évaluée à 45 m3 par habitant et par an qui pourraient sauver la mise, du moins conduire à un certain effet d'échelle. D'autant que 45 % de la consommation d'eau (hors agriculture et irrigation) en France est à usage industriel : une eau potable utilisée et facturée pour des usages non alimentaires.

Professionnalisation de la filière

La croissance de la demande ne peut cependant pas rimer avec contre-références. Pascal Tisseyre évoque la complexité des systèmes, fruit d'une nouvelle réglementation. Il souligne une nécessité d'information des professionnels de la mise en œuvre. Grundfos s'est d'ailleurs doté d'une formation spécifique depuis janvier 2009 destinée aux installateurs. Aucune certification dédiée n'est encore sur le marché, même si le négoce peut ouvrir le tir. De son côté, Skywater bâtit un réseau de partenariat avec des installateurs qui devrait couvrir le territoire national, avec à terme une centaine de relais.

D'un point de vue des équipements, Valérie Layssac estime que la filtration reste un point essentiel. Or, « elle doit être très pointue », renchérit Brigitte Robin Le Nézet. En outre, les groupes de surpression sur des systèmes de grande envergure nécessitent une gestion très fine et surtout une variation de puissance. C'est dans ce domaine également que les améliorations sont encore à venir. Dernier obstacle : le terrassement pour l'enfouissement de la cuve de récupération (qui ne peut être exposée à la lumière), qui d'une part fait grimper la facture en rénovation, et qui d'autre part n'est pas réalisé par l'installateur.

Là encore, des compétences ou des réseaux multitechnique doivent faciliter la mise en œuvre.

Paru dans Négoce le 15/06/2009

Réglementation avantageuse ?

La profession est désormais « régie » par l’arrêté du 21 août 2008. Les crédits d’impôt alloués sont définis par l’arrêté du 3 octobre 2008. Ils peuvent atteindre jusqu’à 25 %, taux raisonnable de l’avis général bien que peu adapté à la rénovation. L’obligation de stockage en bassin de rétention et de retour à la nappe phréatique par infiltration soutient le secteur. Notamment, la taxe de 50 centimes d’euros par m² de surface imperméable rejetant l’eau pluviale vers le réseau d’évacuation est incitatrice pour les propriétaires de grandes surfaces (parkings aériens, toitures industrielles, etc.). Même si pour Willy Rohdmann, ce n’est pas encore suffisant parce qu’il faudrait y adjoindre une obligation de réutilisation. En revanche, chez KSB, on doute de la pertinence de l’équipement dans les zones de très faible pluviométrie, du moins chez les particuliers, comme cela existe par exemple en Belgique, pays bien doté en précipitations régulières.

D’autre part l’obligation d’enfouissement de la cuve, l’entretien annuel et la tenue d’un « carnet sanitaire » sont, selon Olivier Nodin, « un peu excessifs pour un particulier ». « Conserver un degré de précaution suffisant tout en allégeant les contraintes », serait une bonne recette, selon lui. En fait, la réglementation est telle que beaucoup considèrent que l’eau de pluie pourrait finir par être utilisée pour des usages que l’on ne destine aujourd’hui qu’à des applications dites alimentaires.

Cet article fait partie du dossier

Marché

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur