Un livre blanc sur la crise du logement en Ile-de-France

Nathalie Moutarde (Bureau Ile-de-France du Moniteur) |  le 10/07/2014  |  BâtimentLogement socialFrance entièreSeine-Saint-DenisHauts-de-Seine

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
Bâtiment
Logement social
France entière
Seine-Saint-Denis
Hauts-de-Seine
Immobilier
Technique
Valider


Dans un livre blanc présenté le 8 juillet, l’Aorif-Union sociale de l’habitat d’Ile-de-France formule un certain nombre de préconisations pour produire plus de logements sociaux, plus vite et moins cher.

En même temps que Manuel Valls, annonçait, en Conseil des ministres, un plan de mobilisation pour le logement dans le Grand Paris, l’Aorif-Union sociale régionale de l’habitat présentait son livre blanc intitulé : « Relever les défis de la crise du logement en Ile-de-France ».
« Nous avons souhaité apporter notre pierre à l’édifice au moment où un nouveau contexte s’installe avec la loi Alur mais surtout avec la création de la métropole du Grand Paris et alors que la crise du logement est loin d’être résolue et a même tendance à s’aggraver », a déclaré Stéphane Dambrine, président de l’Aorif, le 8 juillet.  Selon les responsables de l’association des organismes d’HLM d’Ile-de-France, ces réformes  risquent de se traduire par un certain attentisme et de freiner la dynamique de production de logements sociaux enclenchée en 2013. L’an dernier 30 316 logements sociaux ont été agréés, soit une hausse de 16%.  « Nous avons la volonté et les moyens de poursuivre sur cette pente. Encore faut-il que nos partenaires nous en donnent les moyens », a ajouté Stéphane Dambrine.
Ce livre blanc se décompose en trois parties. La première dresse un diagnostic de la situation du logement social dans la région capitale ; la seconde rappelle les dynamiques engagées et met en évidence les freins à la production et la troisième énumère un certain nombre de préconisations.

Des efforts de production insuffisants

Selon Jean-Luc Vidon, président de la commission Territoires de l’Aorif, la situation a relativement peu évolué en termes d’offre de logements depuis 2007, date de publication du premier livre blanc. La production a pourtant augmenté de 110% en neuf ans mais elle reste insuffisante face à une demande qui ne cesse de croître avec 550 000 demandes enregistrées fin 2013. Autre constat : le parc social reste inégalement réparti sur le territoire francilien malgré les efforts consentis par les zones déficitaires comme le département des Hauts-de-Seine qui a presque triplé sa production en six ans. « La Seine-Saint-Denis concentre 35% du parc social, les départements de grande couronne entre 18 et 25%. Les inégalités ne se sont pas résorbées », déplore Jean-Luc Vidon. 

Hausse de 64% du coût de revient d’un logement

Les deux responsables de l’Aorif pointent deux freins principaux à la construction de logements sociaux : l’éclatement actuel de la gouvernance et  le renchérissement des prix de production. Le coût de revient d’un logement par m2 de surface utile a bondi de 64% entre 2003 et 2012, passant 1 800 euros à 2 890 euros. Ce montant se répartit entre 1 880 euros de coût de construction, 710 euros de charge foncière et 300 euros de prestations intellectuelles. Par comparaison, le prix du m2 de surface utile s’élève à 1 800 euros hors Ile-de-France et à 1 960 euros France entière.
Limitation de la VEFA
Pour résoudre la crise du logement, il faut « produire plus, plus vite et moins  cher », estime l’Aorif avant d’énoncer une liste de propositions : création d’un observatoire des fonciers publics ; meilleure articulation entre les documents de programmation et d’urbanisme ; déstockage massif des terrains des EPF (Etablissements publics fonciers) et des EPA (Etablissements publics d’aménagement) au profit du logement social ; limitation de la VEFA qui représente aujourd’hui 40% de la construction neuve ; fixation d’un prix maximum pour les bailleurs sociaux lors des consultations de charges foncières ; visibilité renforcée à moyen et long terme ; mise en cohérence des priorités de financement…

Délais supplémentaires

Interrogés sur les 5 000 logements sociaux qui seraient remis en cause en Ile-de-France, les responsables de l’Aorif estiment que la situation peut se débloquer.  « Les nouvelles équipes ont à gérer les permis de construire mais aussi les files de demandeurs de logements sociaux », font-ils valoir. Dans un certain nombre de cas, il s’agit de réinterrogations de projets. « Cela conduit à des délais supplémentaires  mais les projets, certes amendés, devraient finir par être lancés », concluent-ils.

Commentaires

Un livre blanc sur la crise du logement en Ile-de-France

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur