En direct

Un iceberg au coeur de Bordeaux
- ©

Un iceberg au coeur de Bordeaux

Defawe Philippe |  le 10/10/2007  |  France ArchitectureGirondeProfessionnels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Réalisations
Architecture
Gironde
Professionnels
Valider

Le cabinet bordelais King Kong va livrer prochainement, dans le centre de la ville désormais inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, un hôtel design dont la façade blanche est entièrement réalisée en Corian®, une première mondiale.

Ce projet est né de la volonté d'un entrepreneur en bâtiment, Alain Dhersin, de se diversifier en créant un hôtel haut de gamme sur les quais rive gauche. Après avoir vu plusieurs de ses demandes de permis de construire refusées par la Mairie, Alain Dhersin s'est adressé en dernier recours à un cabinet l'architecte local, King Kong. Le cahier des charges était simple : obtenir l'autorisation de construire. Pour le reste, carte blanche, ou presque.
Le pari est de taille car les quais et leur réhabilitation requièrent toute l’attention des services de la ville et les conditions d’obtention du permis sont drastiques. Mais la Mairie initie une dynamique sur l’évolution de ce quartier, notamment avec le tramway qui arrive jusqu’ici depuis septembre 2007
Les architectes de King Kong ont donc imaginé un projet sculptural un peu fou, à la fois en rupture et compatible avec l'esprit "ville de pierre" de Bordeaux. "Un projet d’architecture contemporaine innovante, de qualité, en phase avec la ville et qui la valorise" expliquent-ils.

Ainsi est né l'hôtel Seeko'o qui signifie "iceberg ou glacier" en Inuit... A peine terminée, sa façade lisse et blanche comme neige s’impose déjà. Le choix du blanc s’est fait naturellement pour mettre en valeur le caractère sculptural de l’édifice. Avec ses lignes, ses percements réguliers, les ombres et les lumières, l’effet sculpture est sublimé.
L’idée d'une façade en Corian® est venue assez vite à l’esprit de Jean-Christophe Masnada, architecte de l’agence King Kong, intarissable sur ce projet : "Nous avons apprécié la noblesse et la richesse du matériau qui permet de s'affranchir de la lecture d'appareillage traditionnel en façade".

Ce procédé de vêture de façade est une première dans le monde pour l'industriel DuPont, dépositaire de la marque Corian®. Tous les tests et validations techniques ont été menés par le bureau de contrôle Qualiconsult dans le cadre d’une Enquête Technique Nouvelle (évitant ainsi une Atex), en coopération avec Anne-Line Citerne, responsable de ce projet chez DuPont, qui explique : "un système de fixations innovant a été développé pour ce projet. Il est validé pour tout projet de vêture de façade de niveau R+4 en zone de vent de niveau II". Ce système repose sur des ossatures aluminium Façalu de la société Etanco et comporte des fixations invisibles (Squirrel) qui permettent de fixer les panneaux en Corian® sur des agrafes venant se fixer sur les profils horizontaux secondaires de l’ossature".
L'ossature d’environ 10cm d’épaisseur peut également recevoir, si nécessaire, une isolation extérieure (laine de verre ou autre) entre chaque lisse, ainsi qu’un film pare pluie. "Ce système innovant confère une très bonne résistance à l’impact, aux charges de pression et dépression" affirme Anne-Line Citerne.

C'est la société Tonicello (47) qui a été choisie pour poser les panneaux de façade sur cette ossature métallique double. Un travail de grande précision car, selon l'architecte, la tolérance entre les panneaux s’ajuste au millimètre. "Les panneaux étaient de grande dimension (6m x 3m) et de faible épaisseur (13mm). Ils étaient donc lourds (300 kg) et fragiles. Le problème résidait dans le transport et l’accrochage au support" se souvient Jean-Christophe Masnada.
Il n’y a pas de fixation apparente en façade, mais un trou taraudé dans l’épaisseur du panneau qui reçoit un insert métallique avec un pas de vis. On visse un crochet qui vient ensuite se "clipser" sur l’ossature secondaire (tous les 30 cm). Une méthodologie de pose particulière a été ainsi mise en place qui tient compte de tous les types de châssis vitrés que l’on trouve sur la façade et un ingénieux système permet à l'eau de pluie de couler non pas sur, mais derrière la façade.
"Dans l’ensemble, l’entreprise façadière et le transformateur AEA ont été très précautionneux car le travail était de grande précision. Le façadier a mis au point un système de palan particulièrement ingénieux, spécifique à ce chantier, car les panneaux n’auraient pas supporté un levage normal. Grâce à ce système, ils pouvaient coulisser sur des rails, puis être levés en position horizontale et enfin pivoter automatiquement en position verticale pour se placer en façade" explique Jean-Christophe Masnada.

Bien sûr, ce projet bénéficie de toutes les qualités intrinsèques du Corian® pour une utilisation extérieure : lisse, non poreux, résistant aux intempéries et aux graffitis, de bonne tenue aux UV (surtout le blanc)… Il offre également des champs de la même couleur que les faces et les joints en feuillure entre chaque panneau. Le panneau peut être traité en transparence par défonçage non débouchant au verso, laissant ainsi passer la lumière dans des zones précises. Enfin, l'avantage de ce matériau est qu’il est corvéable à merci, même déjà installé ou en cas de défaut ou de sinistre. On peut en effet le reprendre par découpe, soudure et reponçage ensuite.

Du point de vue architectural. C'est une réussite. A l'intérieur, la simplicité est de mise avec des sols en ardoise (hall) ou wengé (chambres) et des plafonds tendus noirs. Dans les chambres, l'espace est libéré au maximum. Un simple paravent fait le lien avec la salle de bains qui est bien évidemment équipée de lavabos en Corian® et dont la géométrie rappelle l’esthétique de l’ensemble du bâtiment. Ce rappel de la façade se retrouve également dans le hall avec une banque d’accueil de 4,5 m de long, également en Corian® Glacier White. Car c'est avant tout cette façade immaculée qui confère au bâtiment sa singularité. Une façade qui joue merveilleusement avec les ombres et les lumières transformant l'édifice en un iceberg sculptural d'une grande beauté.

Jean-Philippe Defawe

Cliquez sur les images pour voir des vues des chambres en images de synthèse. - ©
Repères


- L'hôtel
Coût du projet : 4,2 millions d’€ HT (achat du terrain inclus)
5 étages, 45 vastes chambres de 27 à 55 m2 (dont 5 situées au dernier étage, terrasses avec vue panoramique face à la Garonne).
Equipement "grand luxe" : (baignoire 1,10m x 1,90m, wifi gratuit, téléviseur écran plat, prise de recharge pour iPod...
hall d’accueil avec bar de jour de 180 m2 et u bar à cocktails de 150 m2.
Hammam, un sauna, un business center et une salle de réunion d'une capacité de 35 personnes.

>- Les acteurs
Maître d'ouvrage : Alain Dhersin
Maître d'œuvre : Atelier d'architecture King Kong
Transformateur agréé Corian® ; Atelier Européen d'Agencement (47)
Installateur de la façade : Sté Tonicello (47)

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur