En direct

Un guide pour gérer le risque lié au radon
Carte des 31 départements prioritaires pour la mesure du radon (entourés en rouge). - © © ASN

Un guide pour gérer le risque lié au radon

Stéphanie Obadia |  le 10/02/2017  |  SantéTechniqueBâtiment

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) vient de publier le 26 janvier son 3e plan national d’action 2016-2019 pour la gestion du risque lié au radon. Elle édite également avec le ministère de la santé un guide à destination des entreprises et des collectivités territoriales afin de les aider à en réduire l’impact.

Le radon, un gaz radioactif d’origine naturelle inodore et incolore, est issu de la désintégration de l’uranium et du radium présents dans les sols granitiques et volcaniques. Bien que méconnu du grand public, il est l’un des polluants de l’air intérieur les plus préoccupants : il est tout de même la deuxième cause de cancer des poumons en France après le tabac !

La gestion du risque lié au radon se structure tout doucement en France : depuis douze ans, des actions ont été menées et des textes ont été adoptés afin d’en réduire l’impact sur la santé. Derniers en date, une ordonnance de 2016 rend l’information obligatoire des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers sur les risques sanitaires liés au radon dans l’habitat, et une autre inclut la prise en compte du radon dans le dispositif de gestion de la qualité de l’air intérieur.

Informer avant tout


Nous en sommes aujourd’hui au 3e plan d’action 2016-2019 (publié le 26 janvier 2017). Ce plan d’action se décline en trois axes : l’information et la sensibilisation, l’amélioration des connaissances et la prise en compte du risque radon dans les bâtiments.

La priorité première reste l’information auprès des collectivités territoriales, employeurs… et du public. « Les premiers plans ont plutôt contribué à la mise en place de la réglementation. Aujourd’hui, nous souhaitons mettre l’accent sur l’information. Nous en sommes aux prémices : la stratégie reste encore à définir. Un site Internet dédié au radon sera mis en ligne dans les années à venir, 2019 au plus tard », précise Jean-Luc Godet, directeur des rayonnements ionisants et de la santé à l’ASN.

31 départements concernés


Autre objectif affiché de ce plan : mieux mesurer la quantité de radon dans l’air. Un arrêté est d’ailleurs dans les cartons. Il devrait rendre obligatoire la mesure du risque radon dans tous les rez-de-chaussée des bâtiments situés dans les communes prioritaires.

Si les dosimètres existent, la récupération des données n’est pas toujours évidente : « Nous espérons par exemple évaluer la quantité de radon dans l’air au travers des systèmes de mesure performants », poursuit-il.  Aujourd’hui, plus de 25 000 entreprises, 17 000 ERP et 31 départements sont concernés. Une carte permet d’identifier les zones prioritaires, « mais  elle reste encore trop imprécise. Nous aurons bientôt une carte plus précise : au niveau de la commune », poursuit Jean-Luc Godet.

Parmi les zones les plus exposées, on compte la Corse, la Bretagne, l’Auvergne, Limousin mais aussi les Alpes, les Vosges, le Calvados…

Un guide, deux volets


En parallèle, l’Autorité de sûreté nucléaire et le ministère chargé de la santé en collaboration avec d’autres ministères ont élaboré un guide en deux volets d’une quarantaine de pages, un pour les collectivités territoriales et un pour les entreprises. Un véritable outil pour mieux connaître le radon, effectuer des mesures, mettre en place des systèmes de surveillance et des actions dans l’habitat ou les ERP.

Ce guide est suivi de fiches techniques et de retours d’expériences même si ceux-ci sont plus nombreux pour les bâtiments publics que pour les entreprises. « La réglementation est peu appliquée par les employeurs. Le ministère prévoit d’ailleurs de doter les inspecteurs du travail d’outils de mesure du radon ». Ce guide propose également des exemples d’actions à mener comme améliorer l’étanchéité du sous-sol, poser une dalle béton, installer une ventilation des locaux…. Des recommandations relevant davantage de bonnes pratiques. Le radon se diffuse effectivement au travers des sols et parois des constructions et peut se concentrer dans des espaces clos mal ventilés. Les défauts d’étanchéité des bâtiments sont donc une porte d’entrée idéale.

Commentaires

Un guide pour gérer le risque lié au radon

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur