Le moniteur
Un groupe d'experts alerte sur les défaillances de la réglementation thermique
Livre blanc Pôle Fibres-Énergivie

Un groupe d'experts alerte sur les défaillances de la réglementation thermique

Maya Pic |  le 21/12/2018  |  TechniqueRT2012Rupteur de pont thermiqueRénovation énergétique 100 % gros œuvre

Le Pôle Fibres-Énergivie publie un livre blanc sur la qualité de l’enveloppe du bâtiment. Un outil de synthèse mais également un signal d’alerte sur des retours d’expériences négatives malgré l’application de la RT 2012.

Au sein du Pôle Fibres-Énergivie dédié aux matériaux et bâtiments durables, le Groupe de travail sur la qualité de l'enveloppe (GTQE) réunit neuf représentants d’industriels, assureurs, BET, organismes professionnels et syndicats*. Après 18 mois de travail, il vient d’éditer un document qui rappelle l’importance que revêt une isolation optimale de l’enveloppe, et ses impacts positifs sur les plans économiques, sociaux, sanitaires et environnementaux. Parallèlement, le document alerte sur les dérapages liés à la RT 2012 et potentiellement à la future RE 2020.


Un état des lieux inquiétant


Aujourd’hui, en France, 7 millions de logements sont mal isolés et 3,8 millions sont des « passoires thermiques » occupées par des ménages en situation de précarité énergétique. 75% des Français déclarent avoir froid en hiver dans leur logement malgré l’utilisation du chauffage.

Autre constat : le BTP incarne à lui seul 45% de la consommation énergétique de l’Hexagone et s’avère responsable de 27% de ses émissions de gaz à effet de serre (GES).

Pire, ces dernières sont reparties à la hausse depuis 2016 en France, et le bâtiment fait figure de plus mauvais élève. En 2017, c’est le secteur qui présente le plus grand écart par rapport à ses objectifs de réduction d’émissions de GES : + 22,7%. À titre de comparaison, les transports ont enregistré + 10,6% et l’industrie - 0,8%...


De multiples ponts thermiques sur des bâtiments RT 2012


Selon le GTQE, l’enveloppe est l’élément essentiel du bâtiment qu’il faut prendre en compte pour atteindre une réduction de consommation d’énergie finale, tant dans le neuf qu’en rénovation. Or il a constaté un écart entre les performances des bâtiments après construction et celles calculées durant la phase conception par la RT 2012.

Malgré l’application de la réglementation thermique, d’importants défauts d’isolation sont relevés dans les constructions neuves. Les retours d’expériences du GTQE sur des bâtiments RT 2012 indiquent que les exigences n’ont pas été systématiquement respectées dans la pratique, que l’enveloppe n’est pas isolée de manière homogène et que certains bâtiments présentent même de multiples ponts thermiques ponctuels et linéiques.


Trois solutions envisagées


Le manque d’information et d’encadrement sur certaines techniques de mise en œuvre peut mener à une baisse de la qualité du bâtiment. Et entraîner des conséquences souvent irrattrapables. Le GTQE préconise donc trois axes pour garantir la réalisation d’une enveloppe performante.

Premier point, modifier les coefficients de mesure de performance de l'enveloppe dans la RE 2020. Les ponts thermiques restant le fléau des enveloppes non performantes, il conviendrait d’abaisser le coefficient de transmission thermique linéique Ψ9 à une valeur maximale de 0,5 W/ml.K (contre 0,6 dans la RT 2012). Il faudrait également réintégrer un coefficient de type Ubat (présent dans la RT 2005). Celui-ci donne en effet un seuil maximum de conductivité par type de paroi, et sert de garde-fou pour garantir une isolation homogène sur tout le bâtiment. Alors qu’avec la réglementation actuelle, les calculs se font sur des moyennes de l’ensemble de l’enveloppe, et laissent le champ libre aux points faibles et aux isolations hétérogènes. Des parties peuvent être bien isolées, et d’autres non, tant que la moyenne répond à la réglementation.

Deuxième point, le GTQE propose de développer le commissionnement, qui fait ses preuves en Allemagne. En d’autres termes, instaurer un processus de contrôle qualité à toutes les étapes des projets de construction et de rénovation.

Troisième point, le pilotage de la qualité grâce à la maquette numérique (BIM). Intégrant toutes les caractéristiques des composants du bâtiment, et assurant la traçabilité de toutes les actions réalisées du projet à l’exploitation, le BIM a un rôle fondamental à jouer dans la performance de l’enveloppe du bâtiment selon le GTQE.


Des enjeux importants pour les occupants et pour l’environnement


Une enveloppe performante induit nombre d’impacts positifs, tant pour les occupants que pour les propriétaires et l’environnement. La « valeur verte » du bâti est augmentée. Les frais d’exploitation sont diminués. Les générations futures feront l’économie des coûts de rénovations importants. Le pouvoir d’achat de l’occupant et la capacité d’investissement du propriétaire s’accroissent. À plus large échelle, la facture énergétique réduite signifie aussi la réduction d’achat de combustibles importés et un équilibre de la balance commerciale du pays.

Et bien sûr, point important, une performance optimale de l’enveloppe du bâtiment entraîne des conséquences positives sur la santé et sur la réduction des dépenses de sécurité sociale. La réduction des ponts thermiques et des risques de moisissures améliorent de façon significative le confort et le bien-être des usagers.

Le livre blanc « Réussir la transition énergétique - Une enveloppe performante pour un bâtiment sain et économe » est à télécharger sur le site du Pôle Fibres-Énergivie, fibres-energivie.eu.

*Membres du Groupe de Travail sur la Qualité de l’Enveloppe :
Assureur : pôle Alearisque
Bureaux d’études : Manaslu, Medieco, Pouget Consultants
Industriels : Étanco, Schöck France
Organismes : Groupement du Mur Manteau, Syndicat National des Bardages et Vêtures Isolées (SNBVI), Pôle Fibres-Énergivie

Commentaires

Un groupe d'experts alerte sur les défaillances de la réglementation thermique

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur