En direct

Un échafaudage couvre les 18 étages d'une tour en construction
Très architecturée la façade a été difficile à épouser - © © michel desfontaines

Un échafaudage couvre les 18 étages d'une tour en construction

MICHEL DESFONTAINES |  le 03/09/2014  |  EntreprisesMatériel de chantierHauts-de-SeineTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bâtiment
Entreprises
Matériel de chantier
Hauts-de-Seine
Technique
Valider

La tour de 129 logements du promoteur Atypik, construite par Bouygues à Issy-les-Moulineaux donne lieu à d'importants travaux sur façade

Quelque 6 000 m² d'échafaudages Mills Plato 3S avec garde-corps de sécurité MDS ont été montés pour les travaux de bardage des 18 étages de 57 m de haut de la tour de 129 logements du promoteur Atypik, construite par Bouygues à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

Pour épouser parfaitement ces façades très architecturées, comportant de nombreux décrochements et saillies de balcons, le bureau d'études de Mills a dû calepiner le dispositif module par module. D'autant qu'il a aussi fallu intégrer des consoles destinées au stockage des matériaux livrés par les grues à tour. Ces consoles débordantes devaient supporter une charge de 200 kg/m 2 , ce qui a nécessité des renforts en tubes pour assurer les descentes de charges. Pour tenir compte de cette contrainte de poids, Bouygues Bâtiment Île-de-France a dû renforcer une partie de la dalle du parking, devant la tour, de manière à supporter une charge pouvant atteindre 2,9 t par pied d'échafaudage. « Toute notre problématique s'est résumée à faire en sorte que les échafaudages restent toujours au plus près de la façade », souligne Lionel Etourleau, le chargé d'affaires Mills.

De manière à fluidifier les flux et l'approvisionnement du chantier, le bureau d'études a découpé les pans d'échafaudage en blocs prémontés qui étaient livrés le matin sur le site. La façade nord  la plus complexe en décrochements et balcons, mais aussi en raison du bardage zinc choisi par l'architecte  a nécessité à elle seule sept mois de montage, contre quatre pour les trois autres. Les équipes sont intervenues en trois phases. La première, consistant à échafauder jusqu'à 22 m, a mobilisé deux équipes de 8 personnes. Les autres façades ont été montées en une seule fois. Le bardage a obligé à calepiner les points d'amarrage en façade en fonction des éléments qui le composaient. Les amarrages ont été calculés pour correspondre à la largeur de trois éléments de bardage couvrant environ 8 m². Un véritable travail de reprise de façade a ainsi été conduit, en lien avec Augustin Ménard, le responsable façades chantier pour Bouygues, et Raphaël Grand, le responsable de l'opération. D'ailleurs, selon ce dernier, « dès que le gros œuvre a atteint R+12, nous avons commencé le montage des échafaudages pour gagner du temps ».

Commentaires

Un échafaudage couvre les 18 étages d'une tour en construction

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil