En direct

Un déluge d'idées novatrices

Paul Falzon |  le 23/03/2018  |  ArchitectureRéalisationsLandesVal-d'OiseEurope

Zones inondables -

Pour parer au risque croissant de crues, des architectes intègrent l'eau comme élément central de leurs projets.

Les récents débordements de la Seine et de ses affluents l'ont rappelé : de nombreuses constructions et aménagements ont été imprudemment réalisés en zones inondables ces dernières décennies. Et le phénomène s'annonce durable au vu de l'artificialisation croissante des sols et, pour les zones côtières, des risques de montée des océans… C'est pourquoi de nombreuses réalisations offrent aujourd'hui des réponses nouvelles à la prise en compte du risque d'inondation. Leur point commun : intégrer l'eau dans les projets plutôt que de chercher à l'endiguer.

Une maison amphibie

L'invention la plus spectaculaire se trouve au Royaume-Uni, où l'agence Baca a imaginé le premier logement « amphibie » du pays. Située au bord de la Tamise, la maison Formosa compte une surface habitable de 225 m2 sur trois niveaux. En ossature bois, elle repose sur un socle de béton positionné dans un bassin formé de palplanches d'acier. En cas de crue, ce socle peut s'élever jusqu'à 3 m, grâce à la poussée d'Archimède. Quatre poteaux en acier positionnés en façade assurent le guidage du caisson et donc la stabilité de l'ouvrage. « Cette technologie est idéale pour les zones où le risque d'inondation est important, en particulier celles dont on peut craindre que les niveaux de crue soient bien plus élevés à l'avenir », assure Richard Coutts, le fondateur de Baca.

Formosa est née du programme de recherche « Life Project » mené par le gouvernement britannique pour trouver de nouveaux modèles constructifs face au risque de montée des océans. « Nous avons découvert qu'il existait dans les marais de Louisiane des habitats traditionnels pouvant monter et descendre dans l'eau, raconte Richard Coutts. Le changement climatique nous oblige à penser différemment : les niveaux de référence actuels, qui correspondent généralement aux crues centennales, risquent d'être dépassés dans un futur proche. Avec une maison amphibie, le plancher de l'habitation sera pour toujours à une distance suffisante de l'eau. »

Des immeubles sur pilotis

Plus classique, mais toujours efficace, la surélévation du bâti a été choisie par l'agence Séméio Architecture pour son projet à Saint-Ouen-l'Aumône (Val-d'Oise) : 90 logements sociaux en bordure de l'Oise pour le compte d'Emmaüs Habitat. La parcelle était située au cœur d'une cuvette inondable, et aucune construction ou remblai ne devait gêner la libre circulation de l'eau : le recours à la surélévation, inhabituel pour un projet de cette ampleur, s'est imposé. Les huit bâtiments de la résidence s'élèvent à 70 cm du sol, le premier niveau étant occupé par des parkings. « Au plan structurel, les pilotis portent les bâtiments comme des poteaux béton classiques : ils n'ont pas été une limite au programme, souligne Ivan Le Garrec, l'un des gérants de Séméio Architecture. Nous aboutissons même à une solution plus intéressante en termes de qualité d'usage, avec des parkings éclairés naturellement et ouverts sur les espaces verts. » La dimension paysagère est finalement sortie renforcée de la contrainte d'inondabilité : la maîtrise d'œuvre a décidé d'organiser toutes les circulations - entre les différents bâtiments et entre les bâtiments et la voirie - sur des passerelles surplombant les jardins, rendus inaccessibles à cause du risque de crues. « Cet espace laissé à la nature a permis le retour d'une biodiversité foisonnante, notamment des roseaux, qui est venue compléter notre travail d'implantation d'essences locales (frênes, saules), indique Laurence Jouhaud, la paysagiste associée au projet. Ces végétaux, capables de retenir une partie des eaux, sont adaptés à l'inondation temporaire du terrain. »

Des ouvrages d'art préservés

Une autre typologie de constructions mise sur la flottabilité : les ouvrages d'art. A Mont-de-Marsan (Landes), la rivière la Midouze connaît tous les dix ans de brusques épisodes de crues, avec des eaux pouvant monter jusqu'à 4,50 m. La gestion de ce risque a été un axe majeur du réaménagement des berges et des espaces publics, réalisé entre 2010 et 2014 par l'agence Lancereau & Meyniel avec Exit Paysagistes et le bureau d'études Iris Conseil. « Le site est confronté à des inondations importantes mais peu fréquentes : il aurait été dommage de laisser les quais bas inaccessibles, relève l'architecte Gérard Lancereau. Plutôt que de lutter contre les eaux, nous avons travaillé sur l'idée de la résilience et créé une passerelle capable d'absorber la crue. » Ici, une passerelle traditionnelle aurait nécessité une installation à plus de 6 m de hauteur, avec des rampes d'accès PMR de plusieurs dizaines de mètres. La maîtrise d'œuvre a décidé d'opter pour un ouvrage flottant s'adaptant à la montée des eaux. « La passerelle est fixée sur des caissons d'air en aluminium, qui sont posés à fond de cale dans leur chambre en béton. Lorsque la crue décennale intervient, l'eau s'engouffre dans les caissons et soulève la passerelle selon le principe de la poussée d'Archimède », explique Gérard Lancereau. Certes, l'ouvrage devient alors inutilisable, mais il est protégé des eaux et des dégradations provoquées par les matériaux charriés par les crues. En un mot : adapté.

PHOTO - 12085_740643_k2_k1_1759698.jpg
PHOTO - 12085_740643_k2_k1_1759698.jpg
PHOTO - 12085_740643_k3_k1_1759699.jpg
PHOTO - 12085_740643_k3_k1_1759699.jpg
PHOTO - 12085_740643_k4_k1_1759700.jpg
PHOTO - 12085_740643_k4_k1_1759700.jpg
PHOTO - 12085_740643_k5_k1_1759701.jpg
PHOTO - 12085_740643_k5_k1_1759701.jpg
PHOTO - 12085_740643_k6_k1_1759705.jpg
PHOTO - 12085_740643_k6_k1_1759705.jpg

Commentaires

Un déluge d'idées novatrices

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX