En direct

Un datacenter branché sur free-cooling

 Julie Nicolas |  le 03/01/2014  |  NumériquePerformance énergétiqueRéglementation thermiqueEuropeEnergie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Numérique
Performance énergétique
Réglementation thermique
Europe
Energie
Immobilier
Technique
Communication
Valider
Performance énergétique -

Livré début décembre, ce centre de traitement de données informatiques, installé en Belgique, a été conçu pour réduire les consommations électriques. Les économies sont liées en particulier au traitement d'air.

«Nous exploitons déjà 450 000 mètres carrés de datacenter en Europe, il était temps de franchir le pas de la conception », estime Thibault Meur, business development manager du datacenter Cofely situé à Gembloux (Belgique). Le bâtiment a été conçu pour GDF-Suez, qui souhaitait rationaliser ses services informatiques et regrouper les serveurs de ses différentes filiales sur un seul site. Si le groupe occupera les deux tiers de la surface, le dernier tiers sera destiné à la location à différentes entreprises qui y installeront leurs propres serveurs. Les données stockées étant cruciales, un haut niveau de sécurité est nécessaire. Il est assuré par la redondance des équipements. En l’espèce, l’alimentation électrique, la production frigorifique, le transformateur électrique et les cabines de haute tension sont doublés sur le site. « L’objectif est de prévenir l’interruption du fonctionnement des serveurs », précise Alexandre Géra, secteur manager du datacenter.

Efficacité énergétique

Ce datacenter se caractérise par son Power unit effectiveness (PUE) optimisé. Indicateur de l’efficacité énergétique, le PUE est le ratio entre l’énergie totale consommée par l’ensemble du centre d’exploitation (climatisation comprise) et la partie effectivement consommée par les systèmes informatiques. Le PUE s’élève ici à 1,3 notamment grâce au système breveté de refroidissement des serveurs par free-cooling. Baptisé Frau, pour Free-cooling autonomous unit, le système utilise l’air extérieur filtré pour refroidir les serveurs. Lorsque la température extérieure est comprise entre 15 et 25 °C, l’air est soufflé directement. En deçà de cette plage l’air est mélangé avec l’air intérieur pour être soufflé à la température de consigne de 21 °C. Quand l’air extérieur dépasse les 21 °C, il est refroidi par un groupe frigorifique d’une puissance de 215 kW. « Dans ce cas, l’air du condenseur est refroidi par l’air extrait », précise Alexandre Géra. Afin de maintenir l’humidité relative nécessaire au fonctionnement des serveurs, les eaux pluviales, récupérées via quatre cuves de 20 m 3 chacune, sont utilisées. Enfin, les ventilateurs sont à vitesse variable, afin de moduler la quantité d’air en fonction des besoins. Le débit varie ainsi entre 20 000 et 40 000 m 3 /h. A terme, six modules seront installés pour chaque salle de serveurs, contre quatre aujourd’hui.

PHOTO - 766205.BR.jpg
PHOTO - 766205.BR.jpg - © cofely
PHOTO - 766674.BR.jpg
PHOTO - 766674.BR.jpg - ©
Fiche technique

Maître d’ouvrage : Cofely Energie solution. Bureau d’études : Cofely Services et Tractebel Ingénierie. HVAC : Cofely Axima. Construction : Lixon. Budget : 30 millions d’euros HT.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur